• Cassandre Fristot, femmes et droite radicale



    Actualité, féminité et société politique

  • Cassandre envers et contre tout :

    Un message public nous parvient enfin de la part de Cassandre (sympathisante du Parti de la France – PDF) et il entre dans la droite lignée de celui de Damien Tarel sortant de prison, soit l’idée d’affirmer « ne rien avoir à regretter » !

    L’entretien – relayé ci-dessous – de cette noble dame est enthousiasmant et optimiste. Nous n’avions eu aucune nouvelle d’elle depuis son procès, nous savons désormais qu’elle se porte bien. Ce qu’elle a subit a dû être difficile à vivre pendant ces deux dernières semaines : les calomnies médiatiques, les procès d’intention et les critiques malveillantes en ligne ; c’est terrible comme la vie peut basculer en un instant, et pour des vétilles !

    Quant aux ordures éhontées des associations privées, du régime et de cet encadrement social des 1% qui détiennent tout (composé de fieffés philistins et de ploucs consommés de surcroît, ce qui est assez dystopique en soi, ou du moins constitue un attentat contre et niant le cosmos !), il faudra un jour songer à s’imposer et à rétablir la juste hiérarchie des choses…

    Hélas, ces 1% n’ont une population ni monolithique ni homogène contre eux, car plus de la moitié de la population est plutôt d’accord et vote pour eux : parce que sous-prolétaires mentaux comme eux – ils sont à leur image – mais ayant “réussi”, réussite qui s’est accomplie au détriment de toute notre continuité anthropologique, culturelle et historique.

    https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/rencontre-avec-le-parti-de-la-france-a-leur-fete-du-cochon-grille-99490256.html

    Heureusement dans cette affaire, Thomas Joly – président actuel du PDF – reste droit dans ses bottes (#zeuresSombres) et imperturbable en soutenant Cassandre Fristot contre la “meute médiatique” (sic) du Quotidien.


    ☧   Σ

    Femmes et Cité politique :

    Nos articles sur les quelques mises en avant des femmes militantes – qu’elles soient identitaires, patriotes, nationalistes et/ou catholiques – plaisent en bonne partie et sont beaucoup lus. En plus d’honorer leur présence – qui pallie au manque d’engagement des hommes –, ils apportent une touche décorative et de la fraîcheur tout en permettant de rappeler sporadiquement des choses sérieuses, des faits biologiques et sociologiques (avec maturité et bienveillance). Il y a eu entre autres Estelle, Thaïs, Cassandre, Isabel, Hilda, Pauline, Jacynthe, etc.

    Si vous le voulez bien, parlons désormais de l’idéal anthropologique qui doit nous animer quant au rapport et au rôle des hommes à l’endroit des femmes dont l’archétype le plus élevé reste le chevalier médiéval, quoi qu’on en dise.

    Le faible, ses intérêts et sa satisfaction doivent toujours prévaloir, être mis en avant, car la supériorité doit se faire généreuse (et protectrice), c’est quand la virilité est mal assurée qu’elle devient tyrannique et malveillante : la générosité appliquée donc, mais tout en faisant comprendre à l’intéressé – l’intéressée, en l’occurrence – où sont les limites.

    De nos jours, un homme n’est plus supérieur à une femme par la grâce d’un ordre divin ou d’une supériorité décrétée par un droit positif. Outre la biologie qui demeure, il faut donc prouver soi-même – sans l’appui des lois soit – que l’on est un homme, et il est plus dur d’être un homme accompli qu’une femme. Un homme, c’est une forme, la femme est un moule.

    C’est l’apport du christianisme à notre civilisation, il est en grande partie ici : ce que l’on appelle le décentrement (Simone Weil), l’idée est de toujours laisser place à l’autre et de tout faire pour lui faire plaisir (saint Jean Chrysostome).

    Le modèle anthropologique supérieur et indépassable est, bis repetita, le chevalier médiéval, car il réunit “l’honneur païen” (indo-européen) et le surnaturel chrétien qui nous enjoint d’être humble, discret et de ne pas trop nous mettre en avant. En cela, le modèle du troubadour (pays d’oc), du trouvère médiéval (pays d’oïl) sont aussi hautement louable.

    Il faut donc honorer les femmes, être leur serviteur et tout faire pour qu’elles soient heureuses. Elles ont des défauts tel que la jalousie, mais elles sont beaucoup moins vaniteuses et orgueilleuses que les hommes ; elles sont plus proches de la nature, donc plus calculatrices – défense en milieu plus physique qu’elle – et moins morales aussi. Mais c’est la nature qui est faite ainsi.

    Toutefois, ce sacrifice ne signifie pas être un homme bêta (sous-homme, un faible), nous devons par ailleurs signifier à la femme que sa position prépondérante a des limites, qu’à l’homme échoit ce qui est essentiel, soit ce qui est politique, économique,  culturel et historique. En faisant savoir que les valeurs viriles sont plus aptes à conditionner la vie humaine.

    En principe, les femmes ne contestent pas cette prééminence aux hommes dans la mesure où ils en sont dignes. Encore une fois, les femmes recherchent des formes, encore faut-il que les hommes soient des formes, c.-à-d. pour résumer : un mélange de prêtre (moral, connaissance, tradition, esprit), de guerrier (caractère, force, courage, honneur) et de producteur (condition matérielle, richesse, prospérité et fécondité) pour faire référence à la Cité politique trifonctionnelle et traditionnelle en Europe et dans le monde. #universalité


    ☧   Σ

    Article de Présent du mardi 14 septembre 2021 :

    Nous vous affichons donc en conclusion, les 2 pages écrites que Cassandre Fristot a accordées dans un entretien écrit au quotidien Présent (de droite nationale, mais assez mariniste et israélo-compatible cependant).

    Nous y découvrons une jeune femme pleine d’espérance, nonobstant le fait qu’elle a la tête sur les épaules tant en terme d’enracinement, qu’à propos de la situation politique ou de la pratique religieuse.

    Nous chercherons en vain une once de haine de son côté. En revanche, ceux qui sont situés en face (les associations qui se constituent comme partie civile déjà) sont composés d’abjects personnages, vils et méchants, et tous reliés – de façon à peine masquée – à une même appartenance de caste économique et de tribu ethnique – suivez notre regard… !

    À lire absolument :

    #Link #Zelda

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !