• Langue française et histoire universelle avec Du Bellay et Bossuet



    Contribution d’une universalité française

  • Défendre une pensée complexe c’est bien, et tenter de déployer nos remèdes et nobles idées, c’est mieux. Cela fait quelque temps que nous n’avons pas évoqué le sujet de nos Humanités, mais nous ne l’oublions pas.

    Dans un programme humaniste et français, dans la droite ligne de nos Humanitas, il y a bien deux autres textes à connaître, outre les envolées lyriques d’Antoine de Rivarol à propos de l’universalisme français, déjà mentionnées dans nos colonnes.

    Nous devons cet héritage d’abord à l’assimilation de la culture grecque par les Romains dans ce qu’elle avait de plus universel (ainsi, assimilable par tous les hommes). C’est ici le premier petit pilier rudimentaire à saisir. Et c’est lors de la Renaissance italienne qu’un renouveau humaniste augure un grand retour de cette hégémonie culturelle, de cette paideia, de cette éducation grecque !

    Que l’on songe à la France avec du Joachim du Bellay et à sa Défense et illustration de la langue française (espace-français), véritable manifeste en faveur de la langue française en 1549, soit 10 ans après l’édit de Villers-Cotterêts du Roy François 1er. Le manifeste affirme l’égale dignité du français avec le latin et le grec.

    Ensuite, Discours sur l’Histoire universelle (wiki-source) est un ouvrage écrit en 1681 par Jacques-Bénigne Bossuet à l’intention du Dauphin, futur roi de France et fils de Louis XIV, dont Bossuet avait été le précepteur durant une décennie. L’ouvrage est une immense démonstration apologétique de la divine providence et une conclusion pédagogique de l’enseignement de Bossuet, depuis l’aube des temps jusqu’à Charlemagne.

    Pour un renouveau culturel et civilisationnel.


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !