• « Vincent Reynouard : révisionniste, mais pas théologien » – Abbé Olivier Rioult



    Que chacun reste à la place qui lui incombe.

  • Nous avions déjà eu un cas avec Robert Faurisson, post-soixante-huitard, athée, ex-critique littéraire gauchiste et admirateur de Wingston Churchill (sic). Il ne s’agit pas de détruire sa réputation, mais de garder la raison : un révisionniste qui se permet de parler d’autre chose que de l’histoire relative à la Seconde Guerre mondiale n’est pas infaillible. Être audible sur un sujet ne signifie pas forcément l’être sur un autre, ou encore que l’on ne se trompe jamais sur rien, sur le moindre détail non plus.

    D’ailleurs, certaines variantes du « révisionnisme », remettant en cause absolument tout, de la rotondité de la terre à l’efficacité des vaccins contre le tétanos, sont souvent mal placées et laissées en roue libre. Tel serait pour l’exemple le « récentisme » – le Moyen-Âge n’a pas existé, ce qui confine au négationnisme, et pour de vrai – professé par les Dortiguier, les Oleg. Voilà qui relève proprement du scandale, de l’esbroufe et dur la bouffonnerie la plus absolue.

    Vincent Reynouard, personnage opiniâtre, courageux et avenant a, depuis la ruine de son mariage et sa toute première sortie de prison, progressivement dévié de moderniste à bouddhiste (sic). Son révisionnisme, poussé trop loin, fait qu’il en est venu à nier la réalité des saints Évangiles. Ces turpitudes gravissimes ne retirent évidemment rien à son utilité naturelle, mais il va falloir cesser d’idolâtrer benoîtement tel ou tel « influenceur », cela aussi reste proprement scandaleux, surtout de la part de catholiques.

    Les révisos allemands, en contrepoint, sont beaucoup moins dans le spectaculaire et prennent plus cher judiciairement encore, mais eux ne font pas de bruit, ne se vantent pas à longueur de vidéo de leurs amours, de leurs souffrances infligées par le Système, de leurs diplômes, ne font pas la manche et font leur travail ! Le prix Robert Faurisson a récompensé un véritable combattant cette année en la personne de Fröhlich.

    Pour toutes ces raisons, nous saluons ce travail salutaire de l’abbé Rioult, dont toutes les interventions théologicopolitiques nous sont familières, car compatibles avec le mouvement Deus Vult. Il n’est jamais démodé grâce à son aptitude à traiter de l’actualité, et notamment de celle liée à la dissidence politique au sens large du terme. Nous avons là un abbé fasciste des temps modernes, prêt à bénir nos bottes de chasse, qui rappelle à notre bonne mémoire Mgr Benigni, Mgr Mayol de Lupé ou encore l’abbé Julio Meinveille.

    Pour travailler le thème du « corporatisme et du catholicisme ».

    La Sapinière.


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 14 commentaires




    moué, c'est bien beau vos petits jésus et autres joyeusetés mais c'est pas ça qui va nous sauver tout a été construit par les blancs, peu importe ce à quoi ils croyaient, les romains, les grecs, les chrétiens, c'est la race qui compte, la génétique


    Répondre

    Vous ne connaissez rien à ce que vous évoquez : ce que vous promouvee étaient des civilsations certes grandioses, mais important des esclaves en grande quantité, lesquels venaient de trois continents. À Athènes, il y avait plus d'esclaves que de citoyens. La Grèce hellénistique (IVe/IIe s.) et romaine était un véritable 'meltingue pote'. Quant aux Romains, eux aussi importateurs d'esclaves de tout l'Ancien Monde, ils virent bientôt tant d'étrangers chez eux qu'un général se plaignit d'y être entouré de ceux qu'il avait fait venir couverts de chaînes.


    Répondre

    J'ai été bien trop vif, et vous prie de m'en excuser. J'ai tant l'habitude de répliquer à des obsédés de l'antichristianisme que je vous ai répondu comme si vous aviez injurié l'Europe chrétienne, ce qui n'est pourtant pas le cas. Vous avez raison quant à l'importance de la vie corporelle, car l'âme n'est pas tout. Mais un peuple qui ne croit en rien que ce qui est matériel est condamné à mort, par égoïsme. Le corps ne peut vivre sans l'âme, les civilsations meurent quand elles n'ont plus de foi, et c'est pourquoi il est essentiel, même selon les critères que vous rappelez, de rendre son âme, son souffle, sa vie à notre civilisation – sans négliger la vie dans ses manifestations physiques bien sûr, ce qui implique aussi la question biologique. Et encore une fois je vous exprime mes regrets d'avoir répondu à ce que vous n'aviez pas dit.


    Répondre

    Merci pour votre réponse amendée. J’avais trouvé la réponse d’avant disproportionnée et déplacée en effet, sans trop en saisir le pourquoi... Ce site est très politique, mais il est catholique aussi. C’est pourquoi je mettais en garde certains frères dans la foi dans l’idée de ne pas déifier pas telle ou telle personnalité, même si l’on peut avoir ses préférences bien sûr. C’était une remarque désabusée mais bienveillante sur quelque chose qui est un problème autre que celui des néo-païens NS très hostiles aux chrétiens, c’est vrai.


    Répondre

    à titre personnel, je n'accroche pas aux religions, et encore moins quand elles sont d'origine juives... mais c'est vrai que le peuple a besoin de spirituel (car on voit bien l'horreur dans laquelle on vit sans), ou bien il faudrait réussir à créer une société "vertueuse" sans religion (évidemment vous n'allez pas agréer), et je ne pense pas qu'il n'y ait eu d'exemple passé fructueux En attendant, y'a toujours des chrétiens qui invoquent le nom de dieu (ou des musulmans tiens) et qui commettent les pires horreurs toute leur vie (islamistes, mafia italienne, cartels mexicains et autres d'amérique du sud)


    Répondre

    @ Florian Rouanet Merci à vous ; je tombai dans un travers que je reproche souvent à autrui : lire entre les lignes, prêter arbitrairement des sous-entendus à autrui. Il faut croire que discuter avec des excités est plus contagieux que le machinovirus. Je vais devoir me reposer un peu de ces échanges. Par ailleurs, à titre personnel, je passe assez souvent pour partisan de ce qui m'est plutôt étranger. J'essaye d'être juste, selon ce que je sais, et réponds parfois à des accusations infondées contre tel personnage historique que, ensuite, on m'accuse de soutenir. Erreur d'optique. Comme le disait à peu près celui que vous appelez Roberto, si je dis que je ne crois pas que Néron ait incendié Rome, ce n'est pas parce que je soutiens Néron : c'est parce que je crois que toute injustice, même contre quelqu'un qui nous est indifférent ou qu'on n'aime pas, est redoutable par ses conséquences. Or ceux qui me connaissent savent que j'essaye de dire vrai de tous, Staline à un certain moustachu dont le nom ne me revient pas pour l'heure, et même au delà. Qu'on n'en déduise rien. Padamalgame ! @ moué Par souci d'exactitude, je précise que le christianisme n'est pas d'origine juive. Les descendants de la population de Judée sont les Palestiniens. Quant aux Juifs actuels, ils descendent de la diaspora, et sont donc des métis ayant des origines partout. Religieusement, ils viennent de la faction pharisienne, à laquelle Jésus s'opposa jusqu'à la mort. Vous conclurez que la Judée est quand même étrangère à l'Europe, mais quand on connaît l'histoire des religions, on sait qu'elles se mêlèrent et s'individualisèrent sans cesse, y compris au delà des mers, et qu'il est oiseux de chercher une origine précise à une pensée, toujours apparue dans la nuit des temps, avant l'écriture, et donc au parcours impossible à retracer. C'est-à-dire que certains affirment que les religions européennes auraient influencé le christianisme, ce qui est possible (comme l'inverse aussi, et vraisemblablement les deux), et qu'on sait que les religions grecque et romaine furent fortement altérées d'influences orientales (on peut le prouver aussi pour ce qu'on connaît de la religion celte). C'est vrai aussi pour les philosophies : le fondateur de l'école stoïque, à Athènes, était un Syrien. À rejeter une idée pour son origine, on risque en fait de rejeter sa propre origine, inconsciemment, et d'adopter ce qu'on croit fuir. Comme, par ailleurs, une idée n'a pas de corps et donc pas de race, et qu'elle s'adapte à chacun autant qu'elle le façonne ; qu'en plus rejeter a priori ce qui est peut-être bon est aussi absurde que de rejeter une invention au prétexte qu'elle est étrangère ; qu'enfin la religion de Jésus était si proche par plusieurs aspects de la religion grecque classique (Paradis / Enfer ~ Champs Élysées / Tartare ; récompense éternelle des bons ; châtiment éternel des mauvais ; compassion ; etc ; les Grecs faillirent se convertir en masse très tôt à cette foi qui ressemblait tant à la leur, et ne tardèrent qu'à cause deleur scepticisme quant à la résurrection) et de la meilleure philosophie grecque, je ne me sens pas concerné par ces questions d'origine. C'est un peu comme si l'armée israélienne refusait les avions à voilure en flèche, les turboréacteurs, les missiles ou la détection à infrarouges à cause de ses inventeurs (du Troisième Reich) : ce serait à eux-mêmes qu'ils se nuiraient, pour une raison dérisoire. La mafia est souvent présentée comme catholique : elle est franc-maçonne, donc derrière des rituels de pure façade pas du tout catholique. Même en Amérique du Sud ou au Mexique. Mais bien sûr il n'y a aucune idée qui n'ait son passif sanglant. À chacun de juger. Croire ou ne pas croire ne se décrète pas, on ne peut convaincre autrui, mais on peut voir que les civilsations qui s'essayèrent à l'athéisme ou à l'indifférence le payèrent, et ne furent pas plus douces. Abusum non tollit usum. Au plaisir d'une prochaine discussion.


    Répondre

    pourquoi s'en prendre à une ambulance ? un an de prison à son actif, exilé pour éviter la prison et la justice toujours au cul, tout ça pour vouloir continuer le travail de Faurisson en vulgarisant des vidéos documentaires sur l'histoire interdite de la ww2 ? C'est la justice rouge et la république :. qui sont responsables de ses malheurs familiaux en l'ayant d'abord révoqué de l'éduc naze et ensuite poursuivi à raison de ses simples opinions, car la Gueuse gouverne mal mais se défend bien en criminalisant la pensée et les opinions. Peu me chaud que Faurisson fut de gauche, il se disait lui-même sans étiquette mais il a incarné merveilleusement le chêne de la fable de La Fontaine face à une forêt de roseaux couchés. Dieu nous jugera tous bien assez tôt, alors laissons ceux qui luttent encore ou ont encore quelque chose à dire sans cacher leur nom, faire simplement leur devoir sans en plus leur chercher des poux dans la tête...


    Répondre

    J'entends bien votre propos, vous avez raison, et je pense faire deviner la même chose en substance dans le texte. Un peu comme Bardèche qui n'appréciait pas trop Vichy, en tant que fasciste, mais le défendait toujours contre le gauchisme mental ambiant. Je défendrai volontiers et toujours ces combattants, notamment pour les risques qu'ils prennent. J'essaie simplement de faire en sorte de faire la part des choses !


    Répondre

    intéressant Je vous conseille (ou pas ?) d'aller voir des sites horribles comme bestgore (fermé depuis), hoodsite (fermé depuis), shockgore et autres. On voit les pires meurtres/tortures, 99.9% du temps commis par des non-blancs, et très certainement qu'ils se considèrent chrétiens ou musulmans. Pas étonnant que tous les commentaires sur ces sites soient racistes, la vérité est raciste.


    Répondre

    @ mouè Vous m'excuserz, je l'espère, de ne pas me servir du bon lien pour vous répondre, mais ce moyen-ci me semble plus adéquat – pour le format des réponses ! Vous dites que sur tel ou tel site on voit des atrocités commises pour « 99,9 % par des non-blancs », qui, « certainement », se considéreraient « chrétiens et musulmans », et c'est de là je suppose que vous concluez que « la vérité est raciste », ce qui veut dire, si je comprends bien, que vous estimez en fait qu'ils agissent mus fondamentalement par la biologie et donc pas par des considérations religieuses. Personnellement je crois que la biologie, le milieu (circonstances inévitables) et les accidents (frappant l'un et non son frère ou voisin) nous façonnent, donc que nous sommes tout cela à la fois. Je négligerai toutefois cette conclusion implicite de votre propos concernant ces bandes qu'apparemment vous évoquez pour commenter le fait qu'ils s'estimeraient « certainement » chrétiens ou musulmans. Supposons-le. Les chefs de ces bandes sont liés à la pègre, dont tous les responsables sont francs-maçons, donc lucifériens, car bien que la plupart des francs-maçons ne le sachent pas, ou même, dans les pays anglo-saxons ou d'Amérique au sud du Rio grande, se croient chrétiens, c'est une philosophie luciférienne qu'on leur inculque. Comme la prétendue « sratue de la liberté » est en réalité une statue à Lucifer, de même toute la culture cinématographique et musicale du continent américain a été remplacée ou imprégnée par du « made in USA » donc par une culture luciférienne (et déjà les guerres d'indépendance contre l'Espagne venaient de la franc-maçonnerie et l'avaient portée au pouvoir : une branche du luciférisme recouvre une autre branche du luciférisme). Étudiant, je me suis trouvé logé (c'était il y a longtemps) dans un quartier grand-remplacé. Je fus l'un des derniers Blancs (hormis quelques octogénaires ne pouvant déménager) dans une rue où la police ne venait plus. La pression sur nous était permanente, surtout quand presque plus personne n'osa mettre le nez dehors. Tout cela pour dire que je ne suis pas un pro-immigration. L'islamisme n'était pas encore autant à la mode, et dans ce quartier devenu maghrébin et turc on voyait par exemple des slogans peints au pochoir du TKP-ML (parti communiste turc marxiste-léniniste), des affiches avec les portraits de Marx, Engels, Lénine et Staline (ou Mao ? Je ne sais plus). Les revendeurs de hasch se livraient à des guerres claniques, avec parfois dommages collatéraux sur des passants ou tous ceux qui n'étaient pas clients. L'islamisme y arrivait quand j'ai déménagé, et plus tard devait supplanter ce monde-là. Il est financé par des gens qui furent les maîtres de notre monde avant d'entamer l' « oumma ». Il sert d'instrument à des manipulateurs. Et de jeunes déracinés, nourris au Coca-McDo-Disney-&-GangstaRap, n'ayant que cette culture que façonne la patrie des lucifériens, croient la fuir et retrouver la fidélité à leurs ancêtres en rejoignant l'opposé apparent… et y retombent inconsciemment. L'Islam peut aussi être autre chose. Bien des musulmans cherchent à échapper à cette opposition factice, mais chez eux comme chez nous le noyautage est terriblement efficace. Certains États musulmans peuvent être considérés comme des alliés contre l'islamisme mondialiste djihādiste. Certains régimes ont payé cher leur opposition : l'Iran, l'Irak, la Libye, la Syrie, par exemple. Je pense qu'un musulman conscient devrait comprendre que les dirigeants des États-Unis et leurs vassaux d'Europe sont responsables, mais que les peuples sous leur autorité sont opposés à cetre ingérence. De même, un Blanc conscient voit forcément (et c'est votre cas, me semble-t-il) que l'immigration est imposée non par les immigrés mais par nos propres dirigeants. Et les condamnations de ceux qui dénoncent la politique d'immigrarion ne viennent pas de musulmans – que non ! @ fifi & @ Florian Rouanet Je suis toujours déçu de nous voir nous déchirer. J'ai failli abandonner les vidéos de Vincent à cause de leurs détours philosophico-mystiques qui me rebutent, alors qu'avant elles étaient les premières que je regardais. Je crois que son penchant pour ces questions se manifeste depuis 2014 (j'ai encore une copie en 3gp de sa première de ce tonneau), et vraiment pour moi il est fastidieux et même pénible de l'entendre sur ces sujets épineux, comme s'il n'avait pas déjà assez d'ennemis. Et quand je l'entends déduire des conséquences spirituelles ou mystiques d'expériences qu'il ne connaît que par des récits et que j'ai vécues personnellement, en tirant des conclusions bien différentes, je finirais presque par me dire qu'Adolf fit bien de fermer toutes les loges et les sectes des charlatans à la Blavatsky et autres lucifériens. Je crois que la vidéo de Reynouard que commente l'abbé Rioult est assez ancienne (ou alors confonds avec une autre sur ce même thème). Je n'en avait pas aimé le contenu en général, et je regrette un peu la réponse qu'y a faite l'abbé : sur le fond, c'est souvent décevant de part et d'autre pour moi, l'abbé Rioult répétant l'enseignement de l'Église disons dans sa période pré-conciliaire (1789-1963), qui conservait les conclusions de sa théologie antérieure, mais au prix d'une trahison des principes exégétiques suivis par l'Église depuis saint Jérôme de Stridon jusqu'à Trente ou à la révolution. Comme Reynouard adoptait une critique non seulement moderne mais surtout moderniste, on a presque toujours l'impression de deux logiques se dérobant l'une à l'autre sans se répondre (en général, je le redis : il y a des exceptions). Sur la forme, je suis reconnaissant à l'abbé d'avoir commencé et conclu en rappelant les épreuves que subissait Reynouard, et le courage (litote) avec lequel il y résistait. Faire autrement aurait été malhonnête ou fort maladroit. L'abbé a de la classe, il a du cœur, et c'est tant mieux. La distance qui le sépare de la spiritualité actuellement confessée par notre premier révisionniste rend cette honnêteté d'autant plus méritoire et digne d'une haute estime. Pour moi le manque d'éducation religieuse précoce est responsable d'une part du désarroi spirituel de Vincent Reynouard. Il n'y a pas que les immigrés : nous aussi sommes déracinés, depuis la victoire de la laïcité. Extrait d'une chanson des gardes suisses, citée par Céline (« Voyage au bout de la nuit ») : « Notre vie est un voyage dans l'hiver et dans la nuit Nous cherchons notre chemin dans le ciel ou rien ne luit » Étymologiquement, la religion est ce qui relie. En nous déracinant, on nous a détachés les uns des autres.


    Répondre

    Il ne faut pas non plus désespérer pour quelques conflits. C'est humain ça, et toute société en soi est conflictuelle, au moins en partie. Quand on prend une direction, il faut admettre que d'autres vont tenter de prendre le contre-pied, et parfois à l'extrême. Après, quand c'est entre camarades que ça se fait, il faut voir cela comme une "disputatio" ou de simples bisbilles, et non une "guerre éclair". ;)


    Répondre

    Oui, chacun à sa place et dans son domaine de prédilection! L'Abbé Rioult s'est fait une spécialité de recadrer avec une charité toute chrétienne, tous ceux qui veulent tâter de la théologie chrétienne. Après Youssef Hindi, spécialiste des religions et de géopolitique, c'est à Vincent Reynouard de recevoir une petite leçon de théologie catholique... Mais le ver est dans le fruit et c'est désormais la mode que tout un chacun vienne nous faire partager ses "affirmations" sur tous les sujets. Il suffit que certains aient passé une semaine à écumer toutes les vidéos délirantes sur la platitude de la Terre, du soi-disant non alunissage des ricains le 21 juillet 1969, de la non existence des armes nucléaires mais de la certitude de l'existence des "ummites" ou autres extra-terrestres verts, gris, à pois ou tachetés, de la non existence des virus (surtout celui du Sida), des microbes, bientôt des atomes et de la réalité pour que vous vous trouviez ostracisé dans les commentaires quand vous voulez démontrer l'inanité de tout ce complotisme à deux balles. "Complotisme" qui n'a d'effets que de ridiculiser nos milieux et les gens sérieux qui y travaillent... En donnant des conférences sur la chimie (ma spécialité avec d'autres sciences) j'ai pu prendre conscience que les gens "croient" à ce qui les arrange et à ce qu'ils veulent croire. Tout argument rationnel, preuve à l'appui est dans ce cas absolument inefficace... Donc tout cela pour dire que les milieux de la dissidence commencent sérieusement à me lasser et pour rester poli. Tiens, ça serait une bonne idée d'écrire un livre sur tous ces "réviseurs du réel" et des dialogues que j'ai eus avec eux. Mais bon, un livre de plus et j'ai bien peur de perdre mon temps qui, à mon âge, commence à m'être compté...


    Répondre

    C'est pour la théologie catholique un considérable recul que d'avoir, au XVIIIe siècle, proclamé indiscutable ce que saint Jérôme ou saint Augustin tenaient pour discutable plus de 1400 ans plus tôt. Héritière d'Aristote et des Grecs, l'Église les a reniés, et avec eux ses principes, quand le triomphe des normes qu'elle en tenait fut incontestable. | De l'art et de la manière de justifier pour le présent et l'avenir les calomnies reçues dans le passé. Et de l'excès qui conduit au résultat inverse de celui qu'on était supposé rechercher…


    Répondre

    … que d'avoir, AU DIX-NEIVIÈME SIÈCLE … (et pas au dix-huitiême : gros lapsus calami !) | Saint Jérôme, saint Augustin et presque tous les grands saints auraient été excommuniés au temps de l'ultramontanisme exorbitant (erreur symétrique de celle des gallicans : in medio stat virtu).


    Répondre