• Débat entre Henry de Lesquen et Thomas Joly



    Zemmour: espoir ou imposture ?

  • Débat à propos de « Zemmour: espoir ou imposture ? » entre Henry de Lesquen et Thomas Joly

    Notre réponse :

    La fibre de ce débat nous fait penser à celui réalisé entre Youssef Hindi et Julien Rochedy, précédemment analysé par nos soins dans une exégèse critique partagée (zemmourisme et conspirationnisme).
    Dans l’absolu, et de nouveau, il y a de bons arguments de parts et d’autres, mais un peu de mépris aussi ce qui est dommage. Sur la forme, le discours du Picard est plus fluide, mais pas plus convaincant en tout, car même si le Versaillais se perd parfois trop longuement dans des sujets annexes, il arrive aussi à marquer des points ciblés.
    Autrement, la question migratoire réunit les deux bons hommes et c’est heureux.
    Nous ne cessons en revanche de nous renvoyer des mythes à la figure, feignant que nous sommes. Au fait, pour faire simple, la rupture tient surtout d’une tendance au sein du milieu de droite radicale et dit dissident : ceux qui sont principalement judéo-centrés et ceux qui sont plus islamo-centrés.
    Personnellement, je ne suis pas assez dérangé pour adopter des positionnements pathologiques que ce soit sur « l’islam ou le judaïsme », bien que je tienne pour étrangères et erronées ces deux religions.

    Effectivement, de Lesquen ne s’oppose pas toujours pour les bonnes raisons en donnant l’impression d’un haineux anti-juif primaire (apparement sa fille a épousé un Juif pratiquant il y a peu). Nous aurons préféré que la raison profonde de son opposition soit autre chose que de rompre l’ennui de la retraite en se faisant « radical » bien tardivement.
    En outre, il est ridicule d’appeler à voter Marine Le Pen en public, comme s’il fallait sauver ce radeau pourri qui prenait l’eau depuis des lustres.
    Et que dire de Pierre-Yves Rougeyrond qui se croit malin en faisant du billard avec 4 rebonds en appelant à voter Xavier Bertrand (summum de l’horreur) par anti-macronisme primaire, secondaire et tertiaire ?
    Chacun y va de son petit bulletin, de son petit papier hygiénique. Heureusement qu’un certain maître conspi – et non celui unique et incontesté du Logos ! – ne possède plus de chaîne YouTube active, autrement il entrerait dans la danse avec un mégaphone pour soutenir tel ou tel candidat et faux opposant dégénéré d’arrière garde.

    Zemmour ne fera tout au plus qu’une onde de choc mental dans l’esprit des gauchistes comme les populistes qui le précédent : Jair Bolsonaro, Donald Trump, etc. S’il pouvait provoquer quelques bienfaits et améliorations, ils seront très légers dans les faits. Mais il est vrai que le « fourbe séfarade » (sic) drague notre électorat habilement, un coup il fait du Patrick Buisson, un autre coup du Jean-Marie Le Pen ou du Alain Soral.
    Il ne faudrait pas s’illusionner ni se fourvoyer à propos de Zemmour, toutefois un potentiel votant qui irait mettre son nom au second tour en opposition à un éventuel second tour face à Macron ne me choquerait pas outre mesure – mais un tel scénario n’est pas encore tracé ni déterminé. En effet, tout un chacun comprendra aisément qu’un José-Antonio Primo de Rivera ne sortira pas plus de cette élection présidentielle qu’on n’en croiserait un à la boulangerie au hasard. Il ne faut juste pas tout miser sur sa probable candidature, car le potentiel vote Zemmour 2022 reste un choix de demi-cultivé et de désespéré. Néanmoins, ne nous fâchons pas pour des vétilles électorales comme nous l’enseignait naguère feu M. Pierre Sidos.
    Et oui, les élections sont passionnelles, elles rendent dingues et puis elles passent. Les cyber-policiers sont aussi très tendu durant cette période, je vous invite d’ailleurs à faire attention, en particulier sur les réseaux sociaux (même la simple critique relative de Macron mérite les foudres de la censure de nos jours).
    De plus, les références et fréquentations du susnommé sont horribles de Michel Polac à Roman Polansky, de Tarik Ramadan à Strauss Kahn. Or, la sagesse populaire le confirme bien : dis-moi qui tu hantes et je te dirai qui tu es.
    In fine, par rapport à Éric Zemmour, Florian Philippot l’emporte sur deux points de fond bien précis : il est plus difficile d’accomplir ses promesses de campagnes souveraines en restant dans l’Union Européenne que de « s’isoler » – par une coupure radicale et patriotique – de divers pays en recouvrant son indépendance politique à terme. Du moins, cette position a sa logique. Autre point positif évident, où le « Z » se décrédibilise mortellement, est qu’il demeure en faveur de la tyrannie sanitaire, quand bien même il tente d’adopter un positionnement subtile (ces gens jonglent 2 heures devant les cages de but et oublient de tirer à la fin).

    Nous professons nous derechef les jugements de Jérôme Bourbon  directeur de Rivarol – concernant cette élection, le zemmourisme et la démocratie: c’est que notre séfarade magique d’Algérie n’est pas sorti de la cuisse de Jupiter, mais de celle du système médiatique, et il ne le remet jamais radicalement en question le contexte politique ce qui rend caduque toutes ses visions sociétales mêmes légitimes.
    Seulement voilà, comme toujours, nous avons les représentants et les chefs que l’on mérite. C’est en soi-même qu’il faut changer avant de vouloir et de prétendre changer véritablement les choses.
    Plus que jamais, continuons notre travail au quotidien et auprès de nos proches, avançons sans rien attendre des autres, les lignes bougeront toujours plus lentement que nous le souhaitons.

    -*-

    Ainsi, ci-dessous, vous écouterez les voix du Parti national libéral et du Parti de la France au travers de leurs présidents respectifs Henry de Lesquen et Thomas Joly (à écouter en toile de fond et en accéléré dans les paramètres) :


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    Les deux débatteurs auraient du se poser la question fondamentale de savoir pourquoi un français juif peut dire des choses qu'un français de souche ne peut dire sans avoir des soucis avec la justice? De toutes façon Thomas Joly n'a rien compris car il semble croire que Z. arriverait à faire reémigrer des français de papier surtout s'il reste dans l'U.E...Basta! La bouteille d'huile d'olive Puget jure dans le décor... Un non veautant...


    Répondre