• Conspirationnisme – Débat entre Julien Rochedy et Youssef Hindi (ERFM)



    Réaction pour un axe mesuré et non autistique

  • 1) Un combat de fond actuel :

    Il est un magistère répandu de nos jours, c’est la pensée système du complotisme. Celle-ci, poussée jusqu’à sa simplification, relève d’une idéologie de type #StarWars avec d’un côté les méchants diaboliques de l’Empire et de l’autre les gentils résistants injustement opprimés. Et cette élite d’Empire, il nous faut la « comprendre » n’est-il pas… ?

    Dans une telle vision fantasmée, les causes profondes et superficielles sont souvent mêlées, car le monde est multicausal, et les manigances des uns et des autres ne démontrent pas tout. Je dirai même qu’à elles seules elles ne démontrent rien du tout. En effet, la complexité des sociétés humaines empêche et échappe à l’essentialisation des évènements lorsque l’on dresse une étiologie du mal (signifiée par le péché dans la théologie chrétienne) qui se garde de ne parler que de la surface (avec parfois un ésotérisme éhonté), mais nous y reviendrons.

    L’axe conspirationniste se nourrit cependant de vrai aussi, et c’est pour cela qu’il réussit. Il récupère même la culture chrétienne à son compte, exemple : la Révolution française ne vient pas de Dieu, donc elle est diabolique. Voilà qui est exact d’un point de vue purement spirituel. Mais d’un point de vue social et politique, les choses ne sont jamais entièrement obscures et la chose est dès lors plus complexe (mal-être et désillusions de toutes part, forces en présence, changement de paradigme, réhabilitation d’une aspiration déjà présente, etc.).

    N’ayons pas une mésinterprétation des évènements. C’est ainsi qu’un auteur comme Alain Pascal nous fait le coup : tout ce qui n’est pas « catho tradi » ne suit pas le Christ, donc s’oppose à Lui (saint Évangile), donc devient gnostique par la force des choses. Tout ce qui est imparfait doctrinalement devient Gnose à une échelle indéfinie ou absolutisée (est-ce à dose homéopathique ou à 100% ? peu l’en chaut !).

    🖐

    Le milieu de dissidence et droite radicale :

    Pour en venir au débat relaté ci-dessous, Ken (de Ken & Barbie), alias Julien Rochedy, se trouve être méprisant envers Youssef Hindi – qui n’apparaît pas comme le plus dingue malgré ses raccourcis écrits, il remporte même en partie l’échange sur la question identitaire et religieuse avant que l’évènement ne soit rendu inaudible par les débatteurs –, tout comme envers la culture trollesque populaire : nous avons bien compris qu’il ne fallait pas sortir un traité de philosophie pour s’amuser à propos du #QUI de Claude Posternak ; bien sûr, il faut se garder de toute absurdité.

    Ce qui nous débecte, ce n’est pas le fait de rejeter certaines versions officielles, que ce soit sur le 11 septembre 2001, la Seconde Guerre mondiale, l’attaque de Pearl Harbor ou le meurtre d’Henri IV… Non, c’est cette explication univoque/mono-causale des phénomènes historique et du monde par un simple élément communautaire par exemple. Là est le problème, et en supplément ketchup, un conspi’ dit déjà « savoir », et c’est ainsi que l’on ne peut même plus discuter avec lui. Il reste convaincu de connaître le moindre rouage de la politique actuelle. Or, il se concentre sur l’écume des choses et ne voit pas la vague arriver.

    Je sais que c’est une nouvelle mode ça de se revendiquer complotiste raisonné, ou modéré. Mais il existe une thèse entre le conspirationnisme et le principe de naïveté que soutient un machin plus ou moins « normie » comme Les Moutons Rebelles. Pourquoi pas ! Disons simplement que ce mot devrait exprimer autre chose que l’opprobre classique que lui octroie en permanence l’ambiance télévisuelle.

    Sommes toute, avouons que les gens qui ont voulu se retourner trop radicalement – et abdiquant toute intelligence – contre Alain Soral ou Civitas, ont souvent à ce jour 2 litres de Pfizer dans les veines et bientôt 3 (Daniel Conversano, Radio Regina). Les gars s’annoncent être contre le Système, puis finissent tout contre, et ce, sur un sujet aussi crucial que la tyrannie19, quelle horreur ! L’anti conspirationisme primaire est donc également un problème en ce sens : bien qu’il faille encore fustiger et conspuer l’état d’esprit manichéen, lugubre, simpliste et infantilisant des tarés et voyous conspi’ qui rôdent par chez nous.

    Pour rééquilibrer la balance une dernière fois, ajoutons que « l’élite mondiale »– si l’on veut –, ne pourrait rien si elle ne correspondait pas un minimum aux aspirations populaires, autant dégénérées et sous-prolétarisées mentalement sont-elles que celles de leurs propres représentants ! Et pour terminer cette frasque polémique, je remettrai en question une thèse maurrassienne qui pèche ici. C’est ce qu’avait soutenu Joseph Merel contre Alain Escada il y a des années à propos de la distinction trop radicale entre « Pays légal et Pays réel ». L’expression était plus vraie à l’époque où une large part du peuple catholique faisait face à une République franc-maçonnique. Mais encore une fois, cela déresponsabilise la part de complicité non négligeable d’une partie du peuple dans tout ce qui lui/nous arrive, encore aujourd’hui.

    À vos réflexions (dans les commentaires si vous le désirez) !

    -*-

    « Conspirationnisme, Éric Zemmour, Marine Le Pen et presidentielles », le débat entre Julien Rochedy & Youssef Hindi du 15 septembre 2021 sur E&RFM :

    Propaganda d’Edward Bernays (Le Précepteur alimente une analyse structurelle des phénomènes, mais rationellement) :


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !