• L’imposture du néo-paganisme avec Radio Franche



    Le catholicisme devant la Nouvelle droite

  • Cette émission, amusante et combattive, met à l’endroit l’histoire chrétienne contre les attaques qui lui sont faites, en combattant la reconstruction romantique et subjectiviste dudit néo-paganisme de la Nouvelle droite – poussé également par certaines loges maçonniques contemporaines… Cela est fait sans sombrer dans une critique déplacée ou primaire du vieux paganisme antique, qui demeure en partie dans nos héritages, ou encore, reste honnête à propos du combat du national-socialiste allemand. La divinité du christianisme fait qu’il  épouse et n’éradique pas les cultures, contrairement à l’islam : ainsi, les Coptes en Égypte, sont ceux qui parlent encore la langue des pharaons, sans être totalement arabisés. L’élément indo-européen n’a pas été omis, le caractère racial non plus, contre le cosmopolitisme, même si le sujet a été effectué un peu vite. En un mot, entre européanité et chrétienté il y eu un mariage heureux, de l’Empire romain, à celui des Francs et du Saint Empire romain germanique.

    Nous sommes heureux d’entendre que nous ne sommes pas les seuls à conclure ces analyses. Le seul hic, puisqu’il y en a toujours un, est que les intervenants reconnaissent Bergoglio comme Pape. « Nous » étions précédemment revenu sur ce sujet à travers un autre documentaire sur le druidisme d’ailleurs.

    -*-

    « Les néo-pagano-vikingo-druidico-hyperboréens », Radio Franche reçoit Hildegarde. Retrouvez-les sur Odysee.

    Sommaire :

    0:00 Intro : Aux origines de Noël

    7:22 Origines du mouvement néo-païen

    11:41 Se Zenix Gryadet V Polunoshhi

    14:03 Origines du mouvement néo-païen (suite)

    19:22 La Nouvelle Droite

    21:25 Christianisme et Europe

    39:58 Praise the Lord, O My Soul – S.Rachmaninoff

    21:25 Christianisme et Europe (suite)

    42:19 Christianisme et Charité

    50:57 Contradictions du néo-paganisme

    55:48 Conclusion : Message d’espérance pour Noël

    Roman Empire

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 6 commentaires




    D'emblée, j'ai eu le souvenir que le 3/4 des thèmes et discours que l'animatrice en question profère, sont en fait tirés de conversations entre les 'Aryan France', 'Clerico Fascist', et consort.


    Répondre

    Les auteurs rigoureux, lorsqu'on s'appuie sur eux, sont une base solide. | Toujours est-il que, si quelqu'un devait pourtant trouver à y redire, on espère qu'il énoncerait une critique précise, pour le plus grand profit de ceux qui le liraient. Ou pour le sien si sa critique devait n'être pas fondée.


    Répondre

    Premièrement, ce ne sont pas des "auteurs", mais des activistes lambdas dont j'ai eu maintes fois l'occasion de les observer se livrer implacablement à une croisade contre la mouvance païenne ; c'est pourquoi j'en fait état ici même. Deuxièmement, il ne t'a pas échappé qu'il ne s'agissait pas d'une critique mais d'une remarque. Troisièmement, les prérogatives de l'administration de ce site ne te reviennent pas, et par conséquent, je n'ai pas la moindre justification à te faire part quant à l'interprétation de mon propos. Le reste de ton message superflu tient exclusivement d'un langage verbeux, ou de l'onanisme syntaxique tout au plus. Florian Rouanet devrait, quant à lui, imposer certaines restrictions pour ce qui est de l'approbation des utilisateurs de son éditorial. Cela épargnerait bien davantage des lecteurs, l'idée que des sommets de cuistrerie sans envergure débarquant de nulle part, à l'instar de ce "Jeannot", puissent s'écouter déblatérer via des spams incessants, tout en se caressant le nombril de ventre, afin de palier leur piètre existence, tels de vulgaires soralo-ploncardiens.


    Répondre

    Les néo-païens seraient bien en peine de trouver à redire à des « croisades » qui, comme les vraies, ne seraient jamais que le répliques à leurs « djihāds » permanents contre ceux auxquels ils en veulent de répondre à la fin ; « Aryan France » s'appuie sur des sources, qui sont des auteurs : si on y perçoit une erreur, on la cite ; ceux qui ne le font pas prouvent seulement leur absence totale d'arguments ; ils en sont réduits à empiler des remarques faites (parfois de façon contre-productive) pour être dépréciatives (« superflu », « sans envergure », « débarquant de nulle part ») ou simplement injurieuse (« déblatérer », « des sommets de cuistrerie », « spams », « nombril », « piètre existence ») ou enfin entièrement vulgaire (« onanisme »). | Quand on n'a que cela, c'est-à-dire aucun argument, uniquement des attaques gratuites (car jamais étayées) et des injures, c'est qu'on n'a aucun, mais vraiment aucun grief rationnel.


    Répondre

    Parfois je me demande si la démocratie actuelle est une forme de paganisme moderne ou pas, qu'en pensez-vous Florian ?


    Répondre

    Florian Rouanet n'a pas répondu, mais pour ma part je pense que le lien entre les régimes capitalistes (que je ne qualifierais pas de démocraties toutefois, sinon bien sûr pour reprendre le vocable par lequel les désignent leurs partisans) et les prétendus néo-païens est parfaitement justifié. Bien que ceux-ci croient se référer à un passé européen fort ancien, en réalité leurs (milli-)maîtres à penser, comme Giulio (dit « Juilius ») Evola ont tiré leurs thèses d'un profond pervers, un dénommé Alphonse-Louis Constant, ancien séminariste devenu sataniste, initié à la F.·.M.·. et donc bien sûr cabaliste ; or les mêmes thèses ont inspiré aussi les gauchistes et les partis bourgeois. Il s'agit de la même soupe, sous plusieurs emballages, pour attirer chacun selon son goût. | On ne s'étonnera pas donc que l'anti-chrétien qui empile des grossiertés faute de pouvoir trouver le moindre argument prenne pour repoussoirs des gens aussi distincts que Soral (entouré pourtant d'intellectuels néo-païens avec lesquels il serait en bonne harmonie) et celui que j'appellerai pédpédéa : quel est donc leur point commun ? Un seul : être critique envers le sionisme. | Ce qui semble suffisant pour s'attirer la haine de ce commentateur dépourvu d'arguments, qui en appelle à la censure de ceux qui lui font l'injure d'employer des arguments, ou d'en solliciter pour pouvoir y répondre. | L'expérience prouve que le véritable motif de choix politique chez ces immatures ce situe en dessous de la ceinture : c'est leur volonté de « jouir sans entraves » qui les mène. Leurs autres désirs viennent après, de sorte que, même lorsque tel ou tel point de la politique des régimes en place leur est odieux, ils choisissent finalement d'en défendre l'individualisme, sans voir que la conséquence nécessaire en est la destruction de la civilisation ou s'impose cette tournure d'esprit, et donc tout ce qu'ils réprouvent par ailleurs.


    Répondre