• Les saints de l’informatique : Gabriel et Isidore ?



    Des guides spirituels pour un métier prometteur.

  • Petit article pour un métier d’avenir qui doit concerner nombre de jeunes et de moins jeunes ! Vous en faites peut-être partie.

    Nos lecteurs ne méconnaissent ni ne méprisent le sujet à priori. Nous avons passé un cap industriel depuis les années 90 avec le fondateur officiel de l’internet généralisé : le Britannique Timothy John Berners-Lee. Et après l’avènement du numérique, nous allons bientôt vivre une nouvelle révolution technologique.

    Si d’autres pays dans le monde comme l’Allemagne, les États-Unis d’Amérique ou le Japon en parlent tout le temps, nous, en France, nous avons plusieurs stations spatiales de retard, ce qui explique que nous ne nous en rendons pas bien compte. #Technophobie

    Il y a beaucoup de préjugés faciles et erronés dans nos milieux conservateurs, et je ne les trouve pas très convaincants : je vois mal le Bon Dieu aimer l’agriculture et détester l’industrie, ontologiquement parlant ! Cette dualité grotesque ne me paraît pas être de bon aloi. Même si, et c’est entendu, la vie paysanne, organique et naturelle est excellente et nous manque un peu. Et c’est bien dommage qu’elle se perde, ou du moins qu’elle soit amoindrie. Cela dit, on voit que les deux techniques se sont mêlées au final, on a appelé ça l’agro-industriel d’ailleurs.

    Si les catholiques veulent continuer d’être retardés et attardés, alors la marche du monde risque de se faire sans eux. Idem pour le « mondialisme », si nous ne proposons pas notre version des choses, à la fois universelle et enracinée, alors d’autres se chargeront de nous écraser. Scoop : c’est déjà le cas, ils ne se gênent pas, et en ça, ils ont raison, tant le boulevard leur est laissé grand ouvert ! #JeanONU

    Tout d’abord, commençons par l’archange saint Gabriel, messager de Dieu, qui fut invoqué par les employés des télégraphes et des téléphones, soit pour la transmission en règle générale. Ce qui explique pourquoi nous pourrions élargir son utilisation religieuse aux « moyens de communication moderne et digitales ». Finalement, c’est le même principe qui se développe et mu selon les époques.

    En effet, c’est donc le saint patron des transmetteurs, et cela comprend même la guerre de l’information. Au fait, de nos jours, nous sommes en plein dedans avec ou sans ce brave Joseph Goebbels ! C’est pourquoi même les militaires du gouvernement français l’honorent encore. Ce saint est justement plus volontiers utilisé par l’armée, mais il est attesté dans les siècles des siècles.

    Un choix ingénieux fut celui des modernistes post-Vatican II, qui ont adopté en 2001, l’invocation de saint Isidore de Séville (à prendre sous réserve toutefois).

    Ce choix également judicieux est rendu possible, car son œuvre majeure est Etymologiæ, constituée de vingt livres, et proposant une analyse étymologique des mots divisés en 448 chapitres. Par cette œuvre, il essaie de rendre compte de l’ensemble du savoir antique par compilation et tente ainsi de transmettre à ses lecteurs, souvent chrétiens, la culture classique en voie de disparition au VIe siècle.

    La période médiévale arrivant, il a contribué à la survivance de nombreuses œuvres antiques par sa technique de citation. C’est l’organisation particulière de ce livre, indexé par lettres, soit constituant un début de classification, de la présence d’une « arborescence de fichiers », qui lui vaudra d’être au XXe siècle nommé par le Vatican (certes moderniste) : saint patron des informaticiens.

    Pour le coup, la chose est bien vue de leur part, vraisemblablement recevable et c’est une trouvaille roborative concernant ce saint qui, de surcroît, rappelle à nous nos Humanités en faisant le lien entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge Très Chrétien ! Disons que ce saint de Séville tenait de l’ancien monde tout en annonçant le nouveau dans son contexte.

    Voilà qui nous fait deux invocations possibles et dignes d’intérêt, dans ces métiers d’avenir du développement informatique, en constante évolution, qui ne sera probablement jamais totalement dépassés. À vos prières !


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 3 commentaires




    Je trouve aussi que c'est un choix valable et prie dès maintenant saint Isidore qu'il nous donne un nouvel entretien rivarolien, avec messieurs Rouanet et Bourbon ! Les 28 jours de février nous semblent bien longs sans eux…


    Répondre

    Héhé. Il devrait y avoir une nouvelle vidéo en cette fin de semaine ;)


    Répondre

    Merci d'avance ! 👏 🙋‍♂️


    Répondre