• Racisme systémique, dominant et d’État : ledit privilège blanc contre les « racisé.e.s » – Édomite



    Qui veut en finir avec la race blanche ?

  • Le délire mental autour du « privilège blanc » est un ultra-complotisme, mais autorisé celui-ci. C’est une notion judéo-trotskyste qui dit que les « mâles blancs cisgenre de plus de cinquante ans » dominent injustement le monde, sont favorisés et traitent comme des bêtes les non-blancs et autres minorités.

    C‘est la dialectique du complot juif unilatéral, mais inversé. Tout comme avec la 4e révolution industrielle, cet objet est trop important pour le laisser entre les mains de voyous, de charlatans et d’imposteurs qui ne connaissent rien et qui s’abîment en ramenant tout à la conspiration pour simplifier des phénomènes complexes et multiples. Leur culture de la sédition permanente font d’eux des asociaux incapables de s’adapter au Bien commun, toujours prompts qu’ils sont à vouloir débusquer un franc-maçon vrai ou supposé (ex: Laval sous Vichy).

    L’extrême droite méconnait trop ce sujet, alors qu’il envahit nos sociétés occidentales et détruit le cerveau de la jeunesse. On se moque beaucoup de ces barjots, mais il va falloir commencer à les prendre au sérieux et à les combattre avec virilité.

    La pouillerie, les ploucs, les incultes et les nuls invétérés se nourrissent de cela, blancs étudiants gauchistes en têtes. En allant au bout de leur logique, ils feraient mieux de se mettre à la rue, au lieu de décrocher des diplômes, pour éviter, je cite, d’oppresser le reste de la société… : ils n’aiment pas leur race, mais qu’est-ce qu’ils préservent leurs nombrils !

    Cet artifice du « white privilege » cache mal le « jewish privilege » où, sur 1% de la population mondiale, cette communauté demeure pourtant bien représentée dans le monde. Car il serait malhonnête de traiter de ce sujet sans évoquer la question juive, ce que fait bien l’intervenant – qui, physiquement, apparait comme un Aldo Sterone 2.0 – en maniant les concepts bibliques avec l’actualité et en montrant les contradictions des Social Justice Warrior (owned link) :

    Ce mois-ci, la Revue Militant a concocté un dossier sur « la Woke Culture, stade ultime du pourrissement occidental ? » (sommaire) : une culture dite éveillée qui consisterait à donner une prise de conscience antiraciste/féministe aux minorités de toutes sortes. Sa dimension est mondiale, elle est destinée aux jeunes de gauche et constitue une offensive contre l’Occident blanc, gréco-romain et chrétien. C’est un sujet connexe, lui aussi trop méconnu, qui nonobstant prend des proportions ahurissantes dans les institutions, les médias et les universités américaines.

    Ce concept idéologique est né suite à la mort de Georges Floyd et à la création du mouvement BLM (Black Live Matter), il est le résultat d’un condensé entre un protestantisme sans Dieu, la bien-pensance libérale, le politiquement correct et la pensée unique, portée par nombre de promoteurs qui sont des bobos gauchistes blancs.

    Le camp Joe Biden s’en  porte garant, déjà en désignant l’ennemi (à l’inverse du trumpisme) : l’homme blanc hétérosexuel. Le Christ retiré de l’équation, il ne reste plus que la « culpabilité blanche », et nous ne sommes plus très éloignés du camp de rééducation soviétique. Ces gens racialisent le débat tout en niant l’existence des races chez nous, le comble. De surcroît, ces gens se comportent comme si nous vivions encore sous l’Ancien Régime avec saint Louis ou sous le IIIe Reich d’Adolf Hitler.

    Cette idéologie de déconstruction permanente est née autour des années 1950, à l’école de Francfort, sous le nom de French Theory, par ses théoriciens post-marxistes (dont le plus connu est le juif Hebert Marcuse, apôtre de la libération des mœurs) remettant en cause toute la littérature et les sciences sociales au nom de l’étude du genre et du post-colonialisme.

    Dans l’hexagone, les soixante-huitards et Pierre Bourdieu en était la source première. Un jargon leur est propre, ils parlent d’intersectionnalité : c’est le fait de subir plusieurs discriminations d’un même coup, ainsi une afro-juive lesbienne et handicapée cumulerait un max ! Un cas emblématique et archi dystopique est le cas de l’université d’Evergreen dans l’État de Washington  (vidéo hallucinante à maints égards, mais qui en vaut le détour !).

    Le wokism a pour corollaire la Cancel Culture, qui n’est ni plus ni moins qu’une forme de tyrannie visant à détruire tout ce qui peut être identifié à droite ou enraciné chez les Blancs, via internet, les réseaux sociaux ou des ACP – action coup de poing, déboulonnage de statue, etc – afin de ruiner la réputation de quelqu’un ou de lui faire perdre son emploi. Il n’y a aucune limite morale et le pardon n’existe pas avec eux. Ils prétendent aussi dé-bunker les Fake News, et là encore, tout est ennuyeusement répétitif…

    Il y a toutefois un effet inattendu et indésirable à cela, car les Juifs ashkénazes sont parfois traités au même régime que les Blancs européens,  entrainant de fait l’élaboration d’une application politique diversifiée très compliquée ! Le Golem crée de toutes pièces va bientôt leur échapper. Les démocraties qui ont voué aux gémonies le racisme le font revenir par cette lorgnette gauchiste et cela incarne même une guerre raciale permanente, qui rétablit le déterminisme ethnique, et où la violence contre un blanc devient alors légitime défense, de facto. De l’autre côté, si les Blancs sont minoritaires dans un État fédéral américain, ils ne bénéficieront pas de ladite discrimination positive (cohérence, cohérence !).

    Détails et sources de la vidéo :

    Cours de sociologie. Liens évoqués dans la vidéo :

    https://odysee.com/@Edomite16:2/Racisme-syst%C3%A8mique_dominant_d’Etat,-privil%C3%A8ge-blanc-et-racis%C3%A9.e.s:3

    Pour le directeur de publication et de rédaction de Libération issu du Mossad ainsi que pour le détail des 220 millions de Soros :
    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Un-ancien-des-services-de-renseignements-israeliens-a-la-tete-de-la-redaction-de-Liberation-60915.html
    https://twitter.com/georgesoros/status/1282714758710427651


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    […] Olivier Rey est un mâle blanc cisgenre (sic), un proche du Cercle Aristote et de Pierre-Yves Rougeyron. C’est un excellent pourfendeur du monde qui nous attend, il ose dénoncer les illusions transhumanistes, permettant d’apporter un peu de combattivité dans ce panorama rempli de fanatiques. […]


    Répondre