• Pièces à conviction Covid-19 : Que se passe-t-il vraiment dans les EHPAD ? (Documentaire France 3)



    Un nouveau documentaire pas inintéressant.

  • En pleine première vague de l’épidémie de Covid-19, au printemps 2020, le gouvernement a autorisé le recours à des médicaments palliatifs habituellement interdits. « Pièces à conviction » a recueilli des témoignages de soignants révoltés par cette décision.

    Diffusé sur France 3 le mercredi 18 novembre 2020 à 21:07 – Durée : 2 h 27. Alors que la pandémie de Covid-19 reprend de plus belle, enquête dans les EHPAD où plus de 15 000 résidents sont morts du Covid-19 entre février et juillet 2020. #Covid-19 #Rivotril #EHPAD

    Ou quand on mène une politique criminelle sous aspect médicamenteux… Pour un premier tour vaccinal contre une grippe bis, l’utilisation nouvelle et expérimentale de l’ARN messager de Pfizer ne valait pas beaucoup mieux. Et en France, il n’y a rien de pire que de découvrir que ces blancs-becs font machine arrière pour endormir la réaction en portant désormais leur choix sur le vaccin russe : effet placébo et nanotechnologie sont au rendez-vous.

    Cela irait peut-être mieux pour eux, si la confiance n’était pas morte au moins depuis mars 2020 dans ce pays.

    « Tant que tout le monde ne sera pas vacciné, personne ne sera en sécurité. »

    Klaus Shwab, le Grand Réinitialisateur.

    Les mots n’ayant plus de sens dans cette période dystopique, le terme de « sécurité » dans la bouche du suisse allemand, n’a nulle autre signification que « surveillance technologique de tous ». Son propos n’a rien à voir avec une quelconque résistance à la SARS-CoV-2. Le Covid-19 est un non-sujet pour lui comme pour Nous (ou en tout cas ultra-secondaire). Et bien évidemment, notre « apôtre de la digitalisation transhumaniste » échappera à cette « vaccination » sans aucun besoin de lutter contre… Nous admirons ces gens qui proposent aux autres ce qu’ils ne s’appliqueront au grand jamais à eux-mêmes (idem concernant Jacques Attali et l’euthanasie) !

    Nous étions déjà au courant de la mise en PLS totale du consentement libre et éclairé dans les EHPAD. Et vu le mauvais traitement actuel réservé à nos vieux, projetez-vous quelques instants dans votre vieillesse future et imaginez un peu ce qui pourrait vous tomber dessus si vous êtes encore là et que rien n’aura changé d’ici-là. 😉

    -*-

    Ce reportage est digne d’intérêt, car il peut contribuer à ce que certains sortent de leur longue et douloureuse léthargie. Cependant, il faudrait arrêter de nous prendre pour des gourdes en nous faisant croire que ce n’est pas normal de mourir dans un EHPAD et que le port des masques FFP1 en plein air, ou encore les confinements, servent à quelque chose contre la diffusion d’une épidémie.

    Pareillement, ces Jean-Quidam font en bonne partie fausse route lorsqu’ils s’en prennent aux infirmiers locaux. Ou du moins, ils ne s’en prennent qu’à des potentiels complices inconscients pour une bonne part. Ce sont les injections de rivotril (entre autres) qui ont fait flamber le nombre de trépas en EHPAD (l’hécatombe, sic) courant mars/avril/mai 2020. Vous avez même un EHPAD d’exposé où le masque n’a pas été porté et où tout se passait bien avec 0 décès…

    Si après le visionnage de ce documentaire, vous ne sentez toujours pas venir en gestation un monde déshumanisé, celui qui vous est proposé/imposé (non-respect caractérisé ni de la vie, ni de la mort), alors, Nous sommes désolé, mais Nous ne pouvons plus rien faire pour vous !

    Le contexte est si délirant et menaçant que cela n’est – hélas – pas du compl’autisme (idem quand Bill Gates veut par exemple mettre un voile devant le soleil – sic !).

    Vous avez donc quelques bribes de vérités ci-dessous. Nous vous conseillons de faire abstraction du débat télévisuel qui commence à 1 h 33 :

    Un extrait fort du documentaire

    Lien vidéo Odyssee de secours

    « Quand on a reçu ces directives, ça nous a choqués, de se dire que là, on ne donnait aucune chance aux personnes âgées de s’en sortir. Quand une personne âgée n’est pas hospitalisée et qu’ensuite, ce qu’on lui propose, c’est une sédation dès l’instant qu’elle va présenter une détresse respiratoire… ma première réaction ça a été : on nous demande de faire une euthanasie passive auprès de nos résidents. »

    « On a abrégé les souffrances des gens. Moi, j’appelle ça l’euthanasie. Qu’on ait osé nous demander de piquer nos patients pour les faire partir plus vite, c’est insupportable. »

    Propos recueillis des infirmières.

    « J’ai l’impression que ma mère est partie comme un chien et qu’on nous vole son enterrement. »

    « Comment être sûre que c’est bien ma mère qui sera dans le cercueil ? Le fait qu’elle soit déclarée morte de la Covid nous vole son enterrement. Or je suis certaine qu’elle n’est pas morte de la Covid. »

    « Admise pour un cancer généralisé contre lequel elle luttait depuis 5 ans, la septuagénaire a contracté la Covid lors de son séjour, sous une forme asymptomatique. Elle a pourtant été déclarée décédée du coronavirus. »

    Propos recueillis des enfants des victimes par Var Matin.

    PS. Vous remarquerez que l’émotion des femmes fait ressortir un peu ce qui se passe. Le gauchisme mental a véritablement mis les hommes en PLS. En vrai, c’est eux qui devraient péter une durite sauce Francis Lalanne ou Jean-Marie Bigard devant les caméras (et surtout : apporter des solutions viables).


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !