• « Mama » d’Andreas Berg, chanson populaire allemande qui honore la famille



    « SiSi la famille, #kouzin ».

  • Il est bon de varier les sujets, c’est ce qui surprend l’intelligence et stimule l’activité cérébrale, un peu comme les muscles sont stimulés lors d’une pratique sportive quelconque. La famille est le socle de base de la société et les chrétiens voient dans le IVe commandement la nécessité de la défendre et de l’honorer « Tu honoreras ton père et ta mère » (et par extension tes ancêtres et ta patrie). Aujourd’hui, il faut défendre la valeur familiale avec véhémence d’autant qu’elle n’a jamais été aussi décriée dans l’histoire à cause des partisans de ladite théorie (délirante) du « genre ».

    Précédemment, vous avez pu découvrir la jolie chanson Es mi madre (C’est ma mère) du chanteur hispanique (colombien en particulier) Jhonny Rivera, ainsi, pour rééquilibrer un peu les choses, Nous jetons un œil du côté germanique ; ci-dessous se trouve relayer Mama d’Andreas Berg, une chanteuse très appréciée au sein des couches populaires de la société allemande, car il existe encore en Allemagne une vraie variété et encore de fortes traditions en matière musicale.

    Mama traite du même sujet et la chanson est également magnifique, mais c’est une femme et elle est allemande, ce qui corrobore notre propos précédent sur l’universalité des sentiments filiaux ; complétant par ailleurs la chanson du Colombien avec le point de vue de la fille envers sa mère. De plus, cela montre qu’en Europe de l’Ouest, on sait aussi aimer sa mère et lui reconnaître ses mérites infinis et pas uniquement dans les pays hispanophones, latins ou sudistes en général. Pour toutes ces raisons, souffrez donc que Nous vous disions que Nous ne devrions pas être les philistins du domaine musical, car tout cela participe de la culture et du développement mental des peuples.

    La traduction en français des paroles affichées dans la vidéo effectuée par un site néerlandais :

    « Encore aujourd’hui tu as peur pour moi,
    je ne grandirai jamais pour toi.
    Tu te fais toujours encore du souci,
    enfant, fais attention à toi, dis-tu souvent.
    Refrain :
    Maman, pardonne-moi,
    trop souvent, je ne pense qu’à moi.
    Mais si jamais tu auras une fois besoin de moi,
    je viendrai.
    Maman, cela vaut pour toujours.
    Tu m’appelles encore tous les jours,
    est-ce que tout va bien, à plus.
    Pouvons-nous nous voir demain peut-être?
    Combien de fois je dis non, désolée.
    Parce que tu sais,
    lorsque j’ai besoin de ton réconfort,
    je pose juste ma tête sur tes genoux.
    Maman, cela vaut pour toujours.
    Maman. »

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !