• Nae Ionescu et la séduction d’une génération qui s’est tournée vers la Garde de fer – Euro-Synergies



    #fascismeRoumain

  • Nae-Ionescu.png

    Nae Ionescu et la séduction d’une génération qui s’est tournée vers la Garde de fer

    Sa biographie, publiée par l’éditeur Castelvecchi, décrit l’atmosphère qui a également rapproché Eliade et Cioran des idées de Codreanu

    par Giovanni Sessa

    Ex: https://www.barbadillo.it/101043-nae-ionescu-e-la-seduzione-di-una-generazione-che-guardava-alla-guardia-di-ferro/

    Ionescu-2-350x483.jpg

    Dans la culture du 20e siècle, la Roumanie a joué un rôle central. L’étude et la recherche étaient les domaines dans lesquels les jeunes intellectuels de ce pays tentaient de surmonter la marginalité existentielle résultant du fait d’être né dans une province “orientale”. Pensez, parmi beaucoup d’autres, à Cioran, Eliade, Noica, Vulcănescu, pour ne citer que quelques exemples exemples éminents de la ” jeune génération ” formée à l’école de Nae Ionescu, qui était considéré comme un maître incontesté par ces jeunes érudits précoces, à l’esprit très vif. Une biographie reconstituant la vie intellectuelle de Ionescu est désormais disponible pour les lecteurs italiens. Il est dû à la plume de Tatiana Niculescu, Nae Iounescu. Il seduttore di una generazione (= Le séducteur d’une génération), qui vient de paraître dans le catalogue de la maison Castelvecchi, édité par Horia C. Cicortaş et Igor Tavilla (pour les commandes : 06/8412007 ; info@castelvecchieditore.com, pp. 240, euro 22.00).

    Le livre commence par la reconstitution de l’environnement familial du philosophe. Il est né en 1890 à Brăila, une ville portuaire danubienne où circulaient une grande variété de marchandises et de personnes venues du monde entier. Il y a passé son enfance et une partie de son adolescence. Son père étant fonctionnaire, la famille avait un niveau de vie raisonnable. Malheureusement, cet homme est mort prématurément, laissant à ses héritiers de lourdes dettes. Des années plus tard, Nae écrira qu’il a connu “toutes les misères de la vie à l’âge où les autres ouvraient à peine les yeux sur le monde” (p. 13). Son grand-père paternel, Stroe Ivaşcu, un serf au caractère bien trempé, a joué un rôle important dans son univers intérieur. Dans son village natal de Tătaru, Stroe Ivaşcu était l’une des personnalités paysannes les plus remarquables : il s’était émancipé et avait occupé des postes administratifs, devenant un petit propriétaire terrien. Nae honorera la mémoire de son grand-père tout au long de sa vie, voyant en lui les vertus de la classe rurale, que le philosophe opposait à la dégénérescence anthropologique illustrée par la figure du citoyen moderne.

    Pendant ses années d’école secondaire, ses lectures socialistes et stirnériennes, ainsi que son caractère rebelle, ont conduit à son expulsion de l’école. Il passe l’examen du baccalauréat en tant qu’élève privé et s’inscrit à la faculté de littérature et de philosophie de Bucarest. Là, menant une vie de privations et de passion studieuse, il s’est prévalu de la tutelle du professeur Rădulescu-Motru. Outre l’anarchisme individualiste, il est frappé par les exercices spirituels d’Ignace de Loyola: “Il croyait […] que ces exercices transformaient l’esprit et la volonté de ceux qui les pratiquaient en “une arme d’acier qui peut être détruite mais non vaincue”” (p. 35). C’est dans le milieu universitaire qu’il rencontre et tombe amoureux d’Elena-Margareta Fotino, la fille d’un officier et sa future épouse. Pendant leur période de séparation, les deux amoureux ont entretenu une correspondance intense qui témoigne de leur passion mutuelle. Après avoir obtenu son diplôme en Roumanie, Nae est allé en Allemagne pour son doctorat, d’abord à Göttingen, puis à Munich. Il ne s’y installe pas immédiatement, estimant que la philosophie n’est plus le centre de ses intérêts. Il écrit à sa bien-aimée: “Pourquoi te consacrer autant à la philosophie ? […] il apporte beaucoup de pensées et beaucoup de déceptions ” (p. 56). Il ne tolère même plus les conférences du père de la phénoménologie: “Husserl vaut moins qu’un sou!” (p. 56).

    À son arrivée à Munich, qui connaît alors une formidable période d’effervescence intellectuelle, notamment animée par Stefan George et les “Cosmiques”, Nae s’entiche de Wagner, théoricien de l’aryanisme. Il lit de Gobinau et Chamberlain, qui voient dans le Christ “un représentant de la race aryenne, séparé de la religion juive et de l’histoire du peuple juif” (p. 67). En philosophie, les choix du jeune homme s’orientent vers une pensée non systématique et anti-moderne. Lorsque la Roumanie s’est rangée du côté de l’Entente pendant la Première Guerre mondiale, il a été emprisonné dans le camp de Celle. Il s’y lie d’amitié avec le Père Jérôme, qui l’initie à l’étude du mysticisme. Libéré, il travaille pour la maison d’édition Tyrolia à Munich et est témoin de l’agitation socialiste qui secoue la ville. C’est à cette époque qu’il semble avoir rencontré Alfred Rosenberg. De retour à Bucarest, il devient professeur d’allemand au lycée militaire du monastère de Dealu: ” Dans ses relations avec ses élèves, “il était difficile de distinguer l’autorité professorale de l’affection quasi paternelle qu’il leur portait et même de l’amitié”, et “l’esprit socratique de l’échange de paroles […] amenait l’élève à clarifier ses propres problèmes ” (p. 100).

    Nae-Ionescu-Opere.jpg

    Il intensifie ses collaborations journalistiques et remplace Cranic, un théologien, dans les pages de Cuvăntul. De ces colonnes, il a lancé de véritables appels au rétablissement de la pureté originelle et mystique de l’orthodoxie roumaine en utilisant, en même temps, la connaissance de la philosophie occidentale, même contemporaine. Il a présenté un nombre considérable d’étudiants à la rédaction, dont Eliade et Sebastian. Dans ces années-là, le “mythe” Ionescu est né: les étudiants qui ont écouté ses conférences magistrales dans un silence religieux à l’université l’ont durablement établi. Il est devenu “un prototype à imiter sans fin et une icône vivante” (p. 136). Il se lie avec Maruca Cantacuzino, qui est bien implantée dans les cercles politiques et la haute société de Bucarest. Sa vision politique devient claire: la vie publique “a deux éléments constitutifs, les masses et la Couronne” (p. 156). Le parti “paysan” de Maniu, dont Nae se sentait proche, avait donc deux choix devant lui: la dictature des masses ou “la consolidation de la monarchie […] qui […] fonctionnerait alors sur la base d’un mandat mystique des masses, avec des pouvoirs illimités” (p. 156-157).

    Il se range, non sans ambiguïté, du côté du retour du roi Carol et se retrouve bientôt à soutenir Codreanu et la Garde de fer, car il partage l’appel “à forger une identité nationale et ressent une forte sympathie pour la cause de la régénération morale de la société” (p. 160). Lors de l’investiture de Carol, il l’a salué comme “roi de la nation”, “roi de la réalité”.

    Carol voulait utiliser Ionescu comme médiateur dans les relations avec les Gardistes. Codreanu, dans les intentions de Carol II et du philosophe, devaient constituer le parti unique de la “Dictature royale”. Cette proximité dangereuse, ainsi que l’ostracisme qu’il rencontre bientôt à la Cour, le conduisent en prison à plusieurs reprises: lorsqu’il est libéré, son corps, usé par les souffrances endurées, ne résiste pas à une série de crises cardiaques. Il décède le 15 mars 1940 dans la villa de Băneasa. On a dit que, comme Socrate, il avait été empoisonné. Le lendemain, Noica informe Cioran du départ du Maître, regrettant que leur génération soit orpheline : ” une époque s’achève et une étonnante aventure de l’esprit s’achève également” (p. 10). Malgré les contradictions existentielles, grâce au travail de ses étudiants, la pensée de Ionescu a survécu.

    Giovanni Sessa

    Euro-Synergies, forum des résistants européens


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !