• Honoré de Balzac à travers le Père Goriot



    Œuvre romanesque et sociale française

  • Honoré de Balzac est un écrivain incontournable du XIXe siècle tant pour les braves gens de la rue que pour l’étudiant ou l’universitaire. Difficilement « catégorisable » entre le conservateur, le populaire et le moderne (toutefois avec un attrait net pour l’ésotérisme !), l’auteur a su mettre en scène de sacrés personnages, bien esquissés, parlants et épinglés : le bonapartiste, le militaire, le paysan, et ce, du Chouan au Bleu,  etc. Le plus parlant reste le portrait du bourgeois, puis du faux bourgeois remplaçant notamment l’aristocrate ; il n’existe plus de légendes et plus que des carrières, le vide en sommes. Après les excès de Mai 68, cela donne notre monde de Boomers délavés, neuneus et conformistes au possible.

    Également, son œuvre est idéale pour comprendre tout de la société moderne et des comportements (a)sociaux altérés notamment par la bienséance, mais aussi le manque de naturel et de spontanéité. Cela s’explique aussi par le déterminisme social, qui est omniprésent et qui reprend certains éléments inspirés de Molière. Nous retrouvons par ailleurs l’histoire et la sociologie de France à coup de romans !

    Sa bibliographie fut pour une bonne part – la moitié environ – condamnée par l’autorité de l’Église à cause du fait que, sous prétexte de réalisme, Balzac avait exposé de nombreux travers humains et sociaux, y compris en matière scabreuse.

    Tout bon français, tout humaniste – quel pléonasme ! -, devrait connaître ses écrits (c’est un éventail psychologique complet de l’humain), de même qu’il faut travailler les auteurs classiques (recherche interne sur le thème) avec Rabelais et Racine, ou encore Rousseau et Hugo – à titre littéraire à tout le moins. Poussez le bouchon toujours plus loin et levez la barre toujours plus haut !


    Σ   ☧

    Le Père Goriot dresse une fresque réaliste – n’empêchant pas forcément le fantastique – et fait partie de ladite comédie humaine. L’auteur immerge bien le lecteur dans son histoire racontée, c’est-à-dire dans des situations sociales et régionales complètes, plausibles, voire retrouvables. Ici, il est davantage question d’un jeune de bonne famille d’Angoulême, noble et désargentée.

    Adaptation au cinéma (non théâtrale) et résumé du livre :


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !