• Hommage à Damien Tarel – David Veysseyre



    Paru in. L’Écho d’Action française

  • « L’héritage des camelots du roi se survit encore dans les âmes d’élite »

    Lors d’un déplacement à Valence le 8 juin dernier, le vulgaire et inculte président Macron, que les médias du système et ses figures de proue toutes aussi ignorantes, viles et répugnantes réputent « cultivé » et « brillant », était souffleté par un gentilhomme de 28 ans, enraciné dans sa terre, son histoire et sa culture, au cri capiteux et exaltant de « Monjoie ! Saint Denis ! », devise de nos chevaliers français du nord de la Loire du Xe au XIIIe siècle (on la rencontre dans des œuvres en ancien français écrites au XIIe siècle comme Le Couronnement de Louis). Le cri de guerre « Monjoie » étant un mot d’ordre typiquement mérovingien et carolingien d’origine francique, produit de l’évolution phonétique du germanique mund-gau* (littéralement « protection, chef du pays », est un très vieux terme non seulement germanique, mais aussi indo-européen qui remonte très haut dans notre histoire, à l’âge du bronze vraisemblablement et Homère appelle par exemple souvent dans l’Iliade Agamemnon ἂναξ ἀνδρῶν, que Paul Mazon traduit par « protecteur de son peuple ») en langue d’oïl (forme que le latin a prise au nord de la Loire dans la bouche de Celtes et de Francs romanisés et qui deviendra ensuite l’ancien français et plus tard le français) doit délecter et transporter Damien, qui est passionné d’histoire médiévale. 

    Connaissant à l’inverse des incultes qui nous gouvernent la valeur et la beauté infinie des nombreux héritages dont nous sommes dépositaires, il suffit déjà de déambuler dans nos villes et nos villages (Paris, Lyon, Arras, Bordeaux, Metz, Charleville-Mézières, Sarlat par exemple), voyant l’abîme entre l’éclat sublime de nos belles cités et la population qui les habite de plus en plus hydroponique et inconsciente de ce patrimoine inestimable, produit des siècle, il doit s’affliger quotidiennement. « Être libre, c’est être chez soi dans l’autre », disait Hegel. Damien ne doit pas souvent se sentir chez soi dans l’autre, comme tous les hommes encore un peu virils, traditionnels, enracinés et accomplis en Europe de l’Ouest. C’est pourquoi sous l’empire d’une force incoercible qui devait sourdre en lui quand il a aperçu ledit Macron, il a trouvé expédient de souffleter ce dernier afin d’exhaler son aversion pour cet « homme » ou prétendu tel et ce qu’il représente, ainsi que son écœurement de voir sa patrie perpétuellement dirigée, bafouée et souillée par des menteurs, des cosmopolites, des ploucs ignorants qu’on nous présente comme des gens brillants, des quidams indifférents à l’histoire, au passé de ce pays, disons-le, des histrions qui n’ont strictement rien à faire là où notre époque malfaisante les a préposés.

    Mais que Damien sache que son geste n’est pas méprisable mais fort honorable, il n’est pas sans tradition, il s’inscrit dans une histoire glorieuse, une longue série d’algarades et d’esclandres, dont les camelots du roi depuis leur création en 1908 jusqu’à l’entre-deux-guerres se sont fait une spécialité insigne. Ce sont les camelots qui ont inventé peu ou prou l’agit-prop de droite, une manière joviale, hardie et provocatrice de faire de la politique. On oublie qu’il y a un agit-prop de droite, comme il y a une bohème et une marginalité de droite. On ne recensera pas ici tous les exploits et les hauts faits d’armes des camelots. Je conseille de lire le beau livre de Xavier Cheneseau, Camelots du roi : Les troupes de choc royalistes. Il y a eu deux éditions, une en 1997 chez Défi et une autre en 1999 chez Fol’Fer. L’aventure des phalanges royalistes participe un peu de nos récits épiques et il faut bien avouer que la jeunesse monarchiste de France ne manquait pas de panache, cette pudeur et cette frivolité de l’héroïsme comme disait Edmond Rostand. Les camelots se riaient du danger, leur bonne humeur était constante et rien ne les effrayait : les poursuites pénales, les incarcérations et même la vie. Il y a un martyrologe à l’Action Française, on l’oublie souvent. Beaucoup de camelots ont expié leur engagement nationaliste par le trépas tout uniment. Il y eut bien entendu les 6 héros tombés sous les balles de la police le 6 février 1934, mais il y eut aussi les camelots assassinés comme Marius Plateau en 1923 par la militante anarchiste et dépressive Germaine Berton (brochant sur le tout, cette pouffe fut acquittée en cour d’assises ; pour « ceux qui croient en la justice de leur pays » comme on dit, être de droite radicale à l’époque ne nous rendait pas plus la justice très favorable) ; Ernest Berger le 25 mai 1925 à la sortie des locaux de l’AF rue de Rome par une illuminée Maria Bonnefoy, qui l’avait confondu avec Maurras ; Jean Guiraud abattu froidement en 1928 par un garde républicain, alors que lui et deux de ses amis avaient simplement effleuré le buste du maçon abject Emile Combes, qu’un autre maçon, l’obèse Herriot devait inaugurer le lendemain ; Marcel Langlois, chef d’un groupe de camelots abattu par des voyous communistes le 3 février 1935. Autre temps, autre mœurs : l’activisme et l’engagement franc, viril et périlleux des camelots contrastaient avec la veulerie, la vulgarité, la fatuité des « Youtubeurs » actuels sacrifiant à l’illusion démiurgique habituelle dans cette situation. Le « youtubeur » omniscient et divin savoure sa célébrité fugace derrière son ordinateur avec ses « followers », bavarde parfois comme une femme sans rémission pendant des heures. Les analyses de Debord ont connu une fortune nouvelle avec l’essor des réseaux sociaux et n’ont jamais été aussi justes : le spectacle est devenu accessible à tout le monde, il est maintenant constatable partout, même chez notre voisin. Chacun se construit une image sur internet, dont il est esclave ensuite toute sa vie, les réseaux sociaux sont un mirage, un chancre immonde où le faux triomphe trop souvent.

    On peut dire aussi que les troupes de choc de l’Action Française ont fait trembler la Gueuse à plusieurs reprises, le 6 février 34 en a formé l’acmé, mais on a oublié un peu vite certaines affaires. Il y en eut des célèbres, nous en rappellerons quelques unes afin que les lecteurs profanes puissent s’aviser des méthodes anciennes de militantisme inventées et cultivées avec zèle par l’AF, méthodes infiniment plus allègres, formatrices et génératrices de bonnes passions pour le corps et l’esprit (goût de l’aventure, apprentissage de la vie communautaire réelle bien plus belle que les forums sur internet, apprentissage également de la nature agonistique et joyeuse de la vie, de l’amitié mâle qui s’éprouve dans le péril, le malheur, mais aussi la joie des conversations, des bibliothèques, des salles de sport, des banquets, des cafés, des restaurants et des sorties la nuit) que le réseautage internet actuel complètement dématérialisé et virtuel, foyer au contraire de toutes les mauvaises passions : narcissisme exacerbé, jactance détestable, féminisation, tropisme logorrhéique, solitude et individualisme méprisable. On peut dire que l’AF était alors non seulement une école de pensée, mais aussi d’énergie, d’amitié vraie et de virilité.

    Une des premières affaires célèbres fut l’affaire Thalamas, l’insulteur de Jeanne d’Arc en 1909. Les nationalistes intégraux vont inaugurer et éprouver ici leur méthode : l’esclandre. Pendant trois mois, la jeunesse d’Action Française a tenté de faire cesser le cours de ce gauchiste arrogant et cosmopolite (préfiguration de tous nos « profs d’université » actuels tout aussi cosmopolites, mais en sus incultes), malgré la présence massive des forces de l’ordre et les nombreuses arrestations qui ont ponctué les manifestations dirigées contre le chargé de cours. Les camelots toujours hardis et intrépides se sont aussi fait une spécialité du canular téléphonique. En 1912, ils réussiront à faire libérer le militant Gabriel de Baleine, purgeant une peine de 15 mois de prison, en contrefaisant au téléphone la voix du président Poincaré et de son secrétaire. Ces derniers réincarnés dans les facétieux d’AF enjoignirent à l’administration pénitentiaire d’élargir incontinent le vaillant camelot du roi. Les camelots réitèreront l’exploit, mais il sera encore plus grandiose cette fois-ci, en 1927 avec Léon Daudet. En novembre 1925, le professeur de droit à l’université de Dijon, Georges Scelle, nommé à la faculté de droit de Paris par népotisme, donna sa démission, harcelé et chahuté sans cesse par les royalistes qui avaient su rallier à eux d’autres facultés de Paris (médecine et pharmacie notamment), ainsi que les universités de province. Ce ne fut pas un simple chahut d’étudiants, le 28 mars 1925, une centaine de manifestants et onze policiers furent blessés et trente arrestations opérées au cours d’une journée où les étudiants nationalistes sous la conduite des monarchistes exhalèrent violemment leur dégoût des institutions et du favoritisme régnant. Un autre universitaire, le célèbre professeur de droit public Gaston Jèze, connut les mêmes infortunes en 1935. Il dut suspendre ses cours sous la pression des camelots. Jèze fut le conseiller du Négus et s’opposa à l’agression italienne en Ethiopie.

    Qui pourrait imaginer aujourd’hui un tel activisme étudiant et de tels succès surtout ? L’AF jouissait grâce à Maurras, mais aussi de tous les écrivains, les savants et tout le milieu cultivé et éditorial qui gravitaient autour d’elle, d’un tel magistère dans l’intelligence de cette époque que ses troupes de choc jouissait de la faveur d’une partie de l’Université et d’une partie des milieux politiques. Considérons par exemple l’affaire Hennessy, les camelots arrivèrent même à pénétrer dans le ministère de l’agriculture et à le mettre à sac. Je n’ai mentionné ici que les affaires les plus célèbres, mais ce furent des dizaines de réunions des partis de gauche et de rassemblements démocrates-chrétiens perturbés par les militants royalistes ; d’innombrables esclandres lors de procès, de pièces de théâtres, de réunions publiques, dont même une séance de l’académie française. Les camelots toujours très irrévérencieux n’hésitaient pas à conspuer un mandarin bien en vue ou des fonctionnaires de justice comme des juges. Nous ne comptons pas non plus les manifestations très importantes, parfois violentes, organisées à Paris et en Province pour honorer sainte Jeanne d’Arc (au prix de 10000 jours de prison) ou s’opposer à une décision délétère du gouvernement.

     

    Par combien de peines pénales, d’amendes, de jours de prison, de pertes d’emploi les militants royalistes intrépides d’AF ont dû expier leur engagement, alors que la grosse Berton a été acquittée pour avoir assassiné le très digne Marius Plateau ?

    Les juges ne valaient pas mieux à l’époque qu’aujourd’hui. Vacher de Lapouge, qui a été lui-même magistrat, procureur même au début des années 1880, ne disait-il pas que la magistrature et les professions assimilées (notariat, barreau) ne brillaient pas par leur valeur intellectuelle ? « C’est un axiome très reçu que si un bachelier n’est ni intelligent ni travailleur, sa place est à l’école de droit, et quand il est licencié, ce qui n’use ni ne meuble beaucoup son cerveau, s’il n’est pas assez disert pour faire un avocat, pas assez madré pour faire un avoué, pas assez flexible pour faire un sous-préfet, mais trop honnête pour faire un politicien, la magistrature est ce qui lui convient ».   

    Il faut donc replacer le et la geste de Damien sub specie aeternitatis, sous l’angle de l’éternité. Ces quatre mois fermes sont son honneur et sa gloire. Et comme nous parlons de son audace, un soufflet administré à un homme d’Etat, considérons maintenant sa tradition plus directe. Et ici encore, qui trouvons-nous ? Nos camelots du roi, qui ont inauguré cette noble pratique. Les nationalistes intégraux ont été impertinents et insolents, mais ils n’ont jamais assassiné personne à l’opposé des anarchistes, ils voulaient tout uniment édifier l’esprit public par leurs actions. Il n’y eut jamais d’attentat sanglant enlevant la vie d’innocents perpétré au nom de l’Action Française et tous les royalistes ont encore sur la conscience l’attentat de la rue Saint-Nicaise commis par le grand et très estimable chouan breton Georges Cadoudal sur Napoléon le 24 décembre 1800. Vingt-deux innocents ont trépassé et l’usurpateur fut sain et sauf comme toujours.

    Les camelots venaient également de toutes les classes sociales et ne croyons pas qu’il n’y eut que des bourgeois parmi les royalistes. Lorsque les camelots du roi sont nés en 1908 dans le groupe royaliste du XVIIe arrondissement organisé par Henry des Lyons, il comprenait certes des hommes des classes supérieures comme les frères Réal del Sarte, Théodore de Fallois et Armand du Tertre, mais aussi des hommes de condition plus humble comme Marius Plateau, futur secrétaire général des camelots du roi en 1920, garçon de course à la bourse, Lucien Lacour, le patron de notre article, menuisier, Louis Fageau, commis-boucher, etc.

    Je crois que c’est Lucien Lacour qui a inauguré le premier la geste du gifleur d’homme d’Etat. En novembre 1910, alors qu’Aristide Brillant inaugure un monument à la mémoire de Jules Ferry, il est souffleté en public par le futur vice-président des camelots. Eugène Weber dans la monographie la plus complète sur l’histoire de l’AF tient ce langage : « La gifle de Lacour prenait donc une signification qui dépassait la simple voie de fait ; mais c’était la voie de fait, et commise sur la personne du président du Conseil, qui choquait les personnes respectueuses de tous les partis », nous pourrions rajouter : « à la bonne heure ! », c’est l’effet attendu afin de provoquer un sursaut et c’était sans doute ce que s’était proposé Damien. En 1909, Maurice Pujo est condamné également à 5 mois de prison pour avoir fessé le susmentionné Thalamas.

    Le 26 décembre 1908, un garçon de café de 34 ans, Jean Mattis reconnaît le « président de la République », le monument maçon de nullité Armand Fallière qui se promène autour de L’Elysée et part à sa rencontre afin de lui tirer la barbe. Cette attaque à la barbichette lui vaut quatre ans de prison ! Mais contrairement à ce que disent d’aucuns, Mattis n’était pas camelot du roi, c’est simplement Maurras qui exaltera son geste ensuite dans l’Action Française. Lors de la célébration du millénaire normand qui commémore le fameux traité de Sainte-Claire-sur-Epte, le même Fallières se rend à Rouen le 24 juin 1911. Le camelot du roi beaucoup plus connu Henri Lagrange, proche de Georges Valois et un des membres fondateurs du cercle Proudhon le conspue aux cris de « Vive la Normandie ! Vive la France ! Vive le Roi ! À bas la République ! À bas Fallières ! ». Il fut condamné à six mois de prison ferme et mourut ensuite au champ d’honneur en 1915.

    Damien a donc une longue histoire derrière lui, c’est l’ornement de l’esprit français dans notre bien morne année 2021, c’est le panache ressuscité. Il faut lui rendre hommage pour magnifier son noble geste. Avant d’agir, il faut toujours savoir ce qui est admis, universel, bon, noble et vrai. Nous avons à droite depuis 1908 une tradition de chahut, d’irrévérence et d’insolence de bon aloi à l’endroit des fausses élites et des bons à rien qui nous gouvernent.

    Cette tradition n’est aucunement méprisable. Les être malfaisants et funestes comme Aristide Briand et Armand Fallières valaient en outre 100 fois mieux que Macron, ils avaient au moins un peu de culture, de tenue et évitaient de se commettre dans les raouts organisés par leur ministère ou la présidence de la République avec des travestis noirs arborant des maillots avec l’inscription étonnante « fils d’immigrés, noir et pédé » (comme dit Jérôme Bourbon, « il ne manquait plus que le mot juif ! » ), je vous renvoie à la fête de la musique de 2018 à l’Elysée. Jamais la fonction présidentielle n’a été aussi avilie. Damiens n’a aucunement forfait à l’honneur, il a des devanciers fameux, au premier chef : Lacour, Lagrange et Pujo. Son soufflet donné à ce qui nous tient lieu de président de la Gueuse s’inscrit dans une tradition légitime, estimée et prisée par une grande partie de la population française de 1908 à 1939.

    Il convenait donc d’honorer le courage et la valeur de Damien, il nous rappelle les grandes années du militantisme d’AF, d’autant plus le cri de guerre « Monjoie ! Saint Denis ! » n’a pas nui à son geste, mais l’a transfiguré ! 

    David Veysseyre


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    DAMIEN TAREL:::BRAVO POUR LA GIFLE.?MAIS TOUS SES JEUNES NE SAVENT REVANDIQUER QUOI QUE CE SOIT..PREUVES DAMIEN::NA RIEN DENONCER CHEZ HANOUNA::TPAMP.?IL AURAIS DU DENONCER LE FAIT::QUE MACRON NA PAS TENUS SES PROMESSES::EXEMPLES::PREUVES=::LES LOGEMENTS POUR ETUDIANTS:LES SALAIRES QUI COMME LES RETRAITES N'AUGMENTE PAS..?LES PRIVILEGES TRES DORÉS=:DE TOUS SES POLITIQUES DU GOUVERNEMENTS:VOIR LES SALAIRES ET LES SUPER.PRIMES DES DÉPUTÉS:DES SENATEURS:PREUVES=::LEX:MAIRE DE LYON:::8;MOIS AUX GOUVERNEMENT MACRON=::A UNE SUPER RETRAITE:PLUS UNE VOITURE DE FONCTION:AVEC CHAUFFEUR.?SANS OUBLIER LES SEIGNEURS DE BERCY;ET LE CONSEIL DES SAGES QUI ONT DE TRES GROS SALAIRES.?POUR LES ETUDIANTS EN 2021//LES ETUDES SONT TOUJOURS PLUS CHERE COMME LES INSCRIPTION=::ET PAS GRATUITE::OU ET L'EVOLUTION::LE PROGRES DE LA SOIT DISANTE SOCIETE::QUE MACRON AVAIS PROMIS::EN CE MOMENT MACRON CE VENT AUX PLUS::DES PLUS::LE CLIENTELISME.?POUR SA FUTURE ELECTION.?NOUS::=::NAVONS JAMAIS VOTER..CELA NE NOUS RAPPORTE RIEN...VOTER NE CHANGE PAS LA VIE DES GENS...QUI SONT MANIPULER CULPABILISER PAR TOUS SES POLITIQUES:::MAFIEUX POURRIES:DROITE:::GAUCHE.?DE LA TRES GRANDE DEMOCRATIE FRANÇAISE.?EN 2021..OU ET L'EVOLUTION..?===SUR 30.40.ANS::TOUT ET REPETITIF..?RIEN NA EVOLUER./.?MON FRANCAIS ET TRES MAUVAIS==JE MEN EXCUSE::TRES BONNES JOURNEE A DAMIEN::NOUS SOMMES DERRIERE LUI..?


    Répondre