• Du débat entre Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon – Mite dans la caverne



    Un peu de culture mais pas trop

  • Un gros problème de ces débats est que « l’on cause toujours » et que, contrairement à l’écrit, c’est de suite la forme qui prime sur le fond du propos. Rien de vraiment bon ne peut sortir de ce genre de débat cadré, prévu d’avance et composé de faux ennemis.

    Sur la forme donc, Mélenchon est apparu comme un homme plus soucieux du bien commun, tandis que Zemmour se perdait en ciblant des sujets de fond tout en faisant dans la polémique du journaliste de droite nationale.

    Mais il y a un classique, ceux qui préfèrent un candidat à l’autre le soutiendront coûte que coûte, mais force est de constater qu’il ne se trouve que des impasses des deux côtés – quand bien même notre séfarade joue sa carte trumpiste ou bien RPR des années 80 comme il le spécifie

    Ce qui change à la limite, c’est que notre fouine israélite ne faisait face avant qu’à des monuments de débilités gauchistes sur les plateaux télés. Or, Mélenchon est ici assez cultivé pour lui tenir tête, et démontrer un peu plus son imposture – certes plus insidieuse que l’extrême gauchiste.

    -*-

    L’intervenant nationaliste et humoristique – cependant parfois trop familier à notre goût – de La mite dans la caverne conclut son premier paragraphe ainsi « un débat surréaliste durant lequel l’escroquerie covidienne et les limitations de nos libertés n’ont même pas été évoquées. »

    Ce point-là à lui seul suffit à en faire une intervention archi-autistique. Ces intervenants sont périmés et montrent qu’ils ne feront rien contre cette situation unique et inique que subit de plein fouet le moindre citoyen lambda – soit en perdant ses droits, soit en étant fliqué partout où il se rend.

    L’intérêt est à peu près similaire par rapport aux délires écologistes de gens qui ne comprennent rien ni à la ruralité, ni aux gens, ni la science et vie de la terre : « En résumé, ce qui menace la France, c’est l’Islam et le CO2 » !

    Si l’un – l’hébreu – se permet d’accuser l’autre d’agent islamiste – le franc-maçon –, le thème de l’agent israélite n’a pas été abordé non plus, ce qui aurait permis d’ajouter beaucoup de piments dans l’huile. Il y eut seulement cette irrévérence à noter :

    « Un Mélenchon qui s’est permis un petit « Qui ? Qui ? » sur la partie concernant la sécurité, en regard du trafic d’armes et de drogue, auquel Zemmour n’apporte aucune réponse, se contentant de déplorer, certes à juste titre, les égorgements, l’essor de séances d’acupuncture non sollicitées au couteau de cuisine et les têtes qui roulent. »

    Il faut avoir bien du courage pour s’infliger – ou se flageller avec – 2 h 10 de vidéo comme ça. Le point positif comme le soulignera Jérôme Bourbon de Rivarol, est que le néo-lepénisme pourrait se révéler être moribond dès 2022 à cause de tous les reniements de la Marine (Le Pen, pas la Marine nationale) et d’une présence plus radicale, patriotique et souverainiste qu’elle à cette future élection présidentielle de la Ve putain.

    « Sur le social pareil. Aucun des deux n’a évoqué le fait qu’avec une partie de l’argent magique dépensé pendant la pandémie de décisions débiles, on aurait pu financer la retraite à 60 ans jusqu’à ce que tous les boomers aillent manger leurs pissenlits bio par la racine et que le système retrouve son équilibre. »

    « Là où Zemmour a marqué quelques points, c’est sur la libanisation du pays à moyen terme qui, pour ceux qui ont des yeux et observent ce qui se passe (et s’est toujours passé) ailleurs, est beaucoup plus crédible que la créolisation mélenchonienne, lequel n’ose pas prononcer le mot métissage. Un Mélenchon qui ne veut pas voir que, déjà que la chose pose des problèmes avec les gens issus de cultures et d’ethnies fongibles, comme sa seule déplorable présence et celle d’Hidalgo et autres Valls en témoignent, c’est totalement ingérable avec des gens issus, non seulement d’un autre pays, mais carrément d’un autre continent avec, de surcroît, un socle ethnique et culturel souvent aux antipodes. »

    Nous laissons le mot de la fin au site susmentionné :

    « Le pire, c’est que ce débat sera, de loin, le meilleur auquel il nous sera donné d’assister durant toute la campagne, compte tenu de la culture et de la maîtrise de notre langue des deux intervenants et qu’on ne peut plus, à partir de là, que s’enfoncer dans la médiocrité et le foutage de gueule jusqu’à ce que les médias impriment, à force de matraquage, dans le cerveau des masses, qui sera la marionnette qui nous mènera à l’abattoir en 2022.

    Merci pour votre écoute et à bientôt … j’espère. »


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !