• « De Macron à Bergoglio l’insupportable tyrannie » – Vidéo rivarolienne (été 2021, partie 2 bonus)



    Pour un été de radicalité dans la bonne humeur

  • https://odysee.com/@RIVAROL:6/40e-entretien-rivarolien-ete2021-bonus:8

    Entretien rivarolien d’été 2021 réalisé entre MM. Jérôme Bourbon et Florian Rouanet.

    Sujets :
    Candidats à la présidentielle, Dupont-Moretti mis en examen, Traditionis custodes: le dernier Motu Proprio de Bergoglio contre les « conciliaires-conservateurs », Benoit XVI, FSSPX, réponse aux auditeurs à propos de l’ancien soutien apporté à Jean-Marie Le Pen, etc…

    Le site :

    https://rivarol.com/
    La chaîne Odysee : https://odysee.com/$/invite/@RIVAROL:6


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 3 commentaires




    Macron et gouv des fous alliers il faut les enfermees a st Anne Paris ou esquriole


    Répondre

    Pour le rédac'-chef de Rivarol, si on conteste la catholicité de Giuseppe Pecci, d'Achille Ratti ou d'Eugenio Pacelli, c'est qu'on ne respecte pas l'interprétation par le comte Mastai-Ferretti du passage où Jésus appelle Pierre celui qui était Simon, et cette entorse à l'interprétation de Mastai-Ferretti reviendrait à couper une lignée qui ne pourrait dogmatiquement être interrompue, aussi compare-t-il aux protestants et aux orthodoxes ceux qui vont jusque là. Or lui-même déclare cette lignée interrompue depuis Roncalli et Montini (mis en position de leur succéder par Ratti et Pacelli, en plus !), donc il est lui-même protestant ou orthodoxe, n'est-ce pas ? | Le jour où il voudra répondre sérieusement, il lui restera à se renseigner sur l'argumentaire d'autrui : ce ne sont pas leurs monstrueuses positions séculaires qui, à ma connaissance, sont données pour arguments contre Pecci, Ratti ou Pacelli. Ce sont leurs prises de position religieuses, jugées incompatibles avec la doctrine de l'Église (ce me semble évident du moins pour Ratti). | Mais peut-être s'agit-il d'inversion accusatoire, et peut-être est-ce lui qui récuse Bergoglio à cause de ses prises de position politiques ?


    Répondre

    Troisième tentative (je rappelle que, contrairement aux commentateurs dont les insanités répétées sont acceptées, je n'injurie personne - je l'espère ! - en répondant simplement). | Pour le rédac'-chef de Rivarol, si on conteste la catholicité de Giuseppe Pecci, d'Achille Ratti ou d'Eugenio Pacelli, c'est qu'on ne respecte pas l'interprétation par le comte Mastai-Ferretti du passage où Jésus appelle Pierre celui qui était Simon, et cette entorse à l'interprétation de Mastai-Ferretti reviendrait à couper une lignée qui ne pourrait dogmatiquement être interrompue, aussi compare-t-il aux protestants et aux orthodoxes ceux qui vont jusque là. Or lui-même déclare cette lignée interrompue depuis Roncalli et Montini (mis en position de leur succéder par Ratti et Pacelli, en plus !), donc il est lui-même protestant ou orthodoxe, n'est-ce pas ? | Le jour où il voudra répondre sérieusement, il lui restera à se renseigner sur l'argumentaire d'autrui : ce ne sont pas leurs monstrueuses positions séculaires qui, à ma connaissance, sont données pour arguments contre Pecci, Ratti ou Pacelli. Ce sont leurs prises de position religieuses, jugées incompatibles avec la doctrine de l'Église (ce me semble évident du moins pour Ratti). | Mais peut-être s'agit-il d'inversion accusatoire, et peut-être est-ce lui qui récuse Bergoglio à cause de ses prises de position politiques ?


    Répondre