• Prenez connaissance de la liste des 52 « genres sexuels » déconnectés du réel publié par FaceBook



    La biologie était une science, mais ça, c’était avant, goy.

  • « Qu’est-ce qui vous fait dire que je ne suis pas un dauphin joueur de ping-pong ? »
    Jean-Dauphin asexué.

    Faites attention à votre santé, car le mal de crâne est garanti. Vous pouvez prendre un Doliprane dès à présent avant d’entamer l’écoute de la vidéo ci-dessous. Il est difficile de l’écouter jusqu’au bout, nonobstant le fait que ce ne soit pas de la faute de l’intervenant… D’un point de vue strictement rationnel et mathématique, toutes ces affirmations sur les « non-genrés » ne signifient rien du tout. À l’avenir, il faudrait créer une IA complètement dézinguée pour que des bots en ligne (ou des robots à l’extérieur) puissent traiter ces non-informations, positivement du moins.

    Ces frappadingues tournent en rond et les définitions se ressemblent toutes : de neutre, à non-binaire en passant par les « trans je-ne-sais-quoi » (avec ou sans opération chirurgicale, etc.). Les deux genres réels et indéboulonnables, que sont homme et femme, ne sont même pas décomptés dans ce « document de référence » (sic) publié en 2014 via un des sites à l’avant-garde dudit progressisme (comprendre la dégénérescence et la transgression morale), j’ai nommé Slate (c’est du niveau de Konbini). Ces barjots se rendent-ils seulement compte du ridicule qu’ils prodiguent à leurs ouailles tombées sous leurs griffes ?

    Noyés par leur écriture dite inclusive entre autres (aliénation et barbarie ultime contre la langue de Molière), leur verbiage amphigourique et logomachique, sans queue ni tête (dans tous les sens du terme !), ces dingos, complètement incultes, propagateurs d’histoires controuvées, et se croyant pourtant très intelligents, producteurs de concepts « et tout et tout », et brochant sur le tout, ne se croient accessibles qu’à une élite, celle de la tyrannie homosexualiste. La blague !

    L’Occident est devenu si décadent, déraciné, antitraditionnel, et si confortable à la fois, que des gens, souvent forts médiocres, faibles et hypocondriaques, s’inventent des problèmes tellement ils n’en ont pas : ainsi sont leurs ennuis prétendues liés à la grossophobie, à la glottophobie et tutti quanti. Je ne crois pas que ce sujet aurait effleuré l’esprit des poilus pour les diverses raisons susmentionnées d’ailleurs (tradition et soucis concrets).

    Désormais, plus rien n’existe véritablement en ce bas monde, l’ordre naturel, l’homme, la famille, la nation, la race et la civilisation sont relégués au rang du néant. Enfin…, plus rien n’existe, sauf l’utilisation du zyklon B bien évidemment… Tout cela participe logiquement du tout transhumaniste, technologiste, antinaturel et antisocial que nous dénonçons régulièrement au travers de nos paragraphes.

    Nos articles au sujet du transhumanisme.

    Voici une lecture offerte par le youtubeur Loïc MRT :


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 4 commentaires




    Je ne suis pas sûr que notre caste de journalistes éleuthéiophobes n'aient eu aucun problème dans leur vie : des Le Scouarnec, des abuseurs de gamins, lesquels auront, à cause de leur âge, tout oublié (ce qui ne protège pas contre les séquelles mais au contraire les aggrave), il y en a un certain nombre, et bien des symptômes de la caste des scribouillards de la journalistique évoquent une forte imprégnation traumatique précoce. Sans parler de la télé, depuis l'abandon du carré blanc (merci Mitteux) devenue déversoir de tous les fantasmes de meurtres, de tortures et de viols des pervers hollywoodiens (pléonasme).


    Répondre

    Le site du niveau de Konbini c'est "Slate", pas "State". De plus, si vous voulez vous marrer un peu, en lieu et place de "grossophobie" utilisez plutôt le terme de "groslardophobie". Bug mental garanti chez Jean-Michel Progrès.


    Répondre

    L'auteur de cet article avait-il écrit « State » à la place de « Slate » ? Je ne me le rappelle pas ! | Quel bonheur ce doit être que ne pas connaître les noms de ces sites !


    Répondre

    Il y aurait même un cinquante-troisième genre: la trans-napolitaine comme aurait dit Pierre Dac... Ce petit point d'humour pour montrer de quelle manière nous devons traiter toutes ces bran...ttes intellectuelles...


    Répondre