• Le printemps peut-il être confiné ? (avec Victor Hugo)



    « Me ne frego ! »

  • Notre camarade Projet KO a déniché une belle trouvaille et a réalisé une belle œuvre, elles ont toutes deux leur place dans ces lignes.

    Qui sait ? Peut-être que nous échouerons sans utiliser l’art, la poésie, le beau et le vrai, contre la laideur et la saloperie ambiante.

    Ne sous-estimons pas ces aspects, ce serait une grave erreur. Les augustes empereurs Romains avaient toujours leurs armada de poètes dithyrambiques pour appuyer la propagande de leur règne. Les arts étaient le pré-ministère de Goebbels, ils avaient leurs troubadours, l’ancienne télévision ! 😉

    Le corps peut être confiné, mais pas l’âme spirituelle, alors, prenez soin de vous, et les beaux jours renaîtront, car les solutions émergent toujours de l’inattendu, de contradictions apparentes et de paradoxes, d’un écart non-prévu qui se dégage entre les êtres et les ensembles, car il n’y a pas de retour en arrière possible !

    Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
    Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
    Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
    Les peupliers, au bord des fleuves endormis,

    Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
    L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
    Il semble que tout rit, et que les arbres verts
    Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.

    Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
    Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
    A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
    Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini. »

    Victor Hugo, Toute la lyre

    Projet KO


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    Oui, le F.·. Victor Hugo était un auteur grandiose, une plume d'une qualité exceptionnelle, et dédaigner la beauté de ses œuvres serait être aussi bêtes et sectaires que ceux qui du passé voudraient faire table rase. | D'autant qu"ici les allusions satanistes de Totor sont d'une legerté si extrêmes qu'elles peuvent avec la meilleure foi du monde être interprétées très sainement. | Pour ceux qui se demandent pourquoi nous offrons si peu de résistance alors que nos ancêtres se battirent à mort contre la tyrannie des FF.·. il faut considérer qu'outre le noyautage de toutes les institutions, de tous les syndicats et de tous les moyens de communication par ces adorateurs de Lucifer, il y a l'infiltration de l'opposition, qui permet de transformer les luttes intestines entre ces chapelles de l'Enfer en déchirement de ceux qui s'y opposent. De Victor Hugo ou Marx d'une part à Guénon ou Evola de l'autre, ce ne sont pas des querelles de personnalité qui nous neutralisent, mais l'inconsciente assimilation, par nous tous, d'au moins une partie des mensonges fondamentaux des lucifériens. | Avec ses Misérables, le F.·. Totor a empoisonné des générations de petits Français.


    Répondre