• « La quatrième révolution industrielle » de Klaus Schwab en PDF (2016)



    Transhumanisme, implant, robotisation, etc.

  • Étant donné que ce turbo meca-boomer est à la tête de Davos depuis une quarantaine d’années environ, et qu’il a puissamment résumé la pensée de son entourage oligarchique composé de giga-miliardaires, nous pouvons acter que ses promoteurs ne ressentent aucune honte à l’idée de jouer avec la vie des braves gens en les « grand réinitialisant » et/ou en les « grand remplaçant ».

    Comme le dit André Gandillon, certains lecteurs du « Great Reset » trouvent que cet ouvrage ne fait pas avancer grand-chose puisqu’il représente qu’une étape supplémentaire dans le projet globaliste a.k.a l’établissement d’un « New World Order »* (expression popularisée depuis George Bush)… Or, il nous faut appréhender le fait que, pour ce triste sire, la pandémie de grippe-19 peut être utilisée comme prétexte au bénéfice d’une réalisation politique bien plus large – et entre nous, il a tendance à spéculer sur la comète le bonhomme. C’est en quelque sorte le but que se fixe l’ouvrage susmentionné.

    Nous ne comprenons la vision du suisse allemand, que par la lecture de ce qui vous est proposé ci-dessous. Cette fois-ci, au lieu d’une destruction méthodique de l’économie opérée contre les classes moyennes pour « sauver le capitalisme » (sic), on y parle d’un projet « positif » si l’on peut dire : celui de créer une élite scientifiquement augmentée (tout comme la réalité virtuelle augmentée l’est pour les consoles de jeux), dans un monde nouveau, entièrement digitalisé et paradoxalement écologique, dans lequel les algorithmes rythmeront nos pensées avec une surveillance généralisée. Un monde dans lequel l’être humain ne ferait plus qu’un avec les produits génétiquement modifiés et le système d’exploitation des ordinateurs : à terme, c’est la « fusion des identités humaines et technologiques ».

    Tel est le monde idéal auquel aspire ce vieux fou et dont nous ne souhaitons absolument pas voir l’aboutissement de notre vivant. Déjà en tant que bon humaniste (apologie ordonnée de la Culture, antique gréco-romaine jusqu’à nos jours, en passant par ladite Renaissance), mais aussi en tant que fasciste (préserver les lois de la vie et ses hiérarchies avant tout !) et que catholique (sur la vie saine doit se greffer une morale spirituelle supérieure – et c’est en particulier la religion vraie qui doit régner).

    Alors certes, un stade technologique ou industriel vient d’être franchi et il n’est ni mauvais ni bon en soi. Il est même inéluctable de surcroît, dans le sens ou la marche du monde et du développement va dans ce sens. Comme toujours, l’homme, sauf exception ou cas extrême (casus belli), cherche à adoucir son existence et à la rendre plus confortable. Ce que nous voulons en revanche, c’est que cela se fasse 1. avec un régime qui nous est favorable et 2. dans une certaine limite morale : un chef chrétien accepterait certaines choses (la colonisation de Mars ou une relative robotisation ne pose aucun problème) et en refuserait d’autres (comme l’avortement ou les bébés éprouvettes 2.0).

    Ce monde abominable, antinaturel et antiorganique, ne subsisterait pas un instant supplémentaire, sans les injections financières et manipulatrices de ces immenses prédateurs globaux. Tout simplement parce que l’ère de la complicité des boomers va bientôt être caduc. En effet, à partir du moment où cette génération (qui a méconnu la guerre et le chômage) est en train de trépasser dans toute l’Europe de l’Ouest, le globalisme ne saurait perdurer de manière stable comme avant, car les jeunes générations auront bientôt des soucis autres que de pleurer sur le film Shoah de Claude Lanzmann (entre autres, à cause de la libanisation raciale du territoire français et de la crise économique liée aux mesures coercitives prises contre le « Golem19 »).

    -*-

    *. Nous aussi sommes partisans d’un Nouvel ordre mondial (et local), autrement appelé Ethnarchie, mais le nôtre ne niera pas l’existence des nations charnelles pour autant : il sera néofasciste et catholique, ou ne sera guère.

    PDF sur Histoire-Ebook.

    Entretien de février 2021 avec André Gandillon

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 4 commentaires




    […] C’est sur tous les fronts que la liberté a vocation à être réduite à peau de chagrin par les adeptes de la Grande Réinitialisation. Les propos antitrumpistes des mass-médias sur le fait de systématiquement vouloir « déprogrammer » les électeurs populistes devraient nous alerter sur le langage informatique utilisé (machinisation des hommes). […]


    Répondre

    […] comme avec le dernier boss de Stars Wars, Klaus Shwab, ce déglingot rêve d’une humanité augmentée, mettant par là une fiction telle X-Files en […]


    Répondre

    […] honnête et rationnel au transhumanisme, défendu mondialement par les Attali, les Gates et les Shwab… C’est aussi ce dont a parlé rationnellement l’israélite Yuval Noah Harari en […]


    Répondre

    […] à  propos de la IVe révolution industrielle déjà établie à partir des travaux de Klaus Shwab, de Jacques Attali, de Laurent Alexandre, de Luc Ferry ou encore du combattant humaniste (et non […]


    Répondre