• Jacques Attali aurait-il des problèmes de mémoire ? (Paul-Étienne Pierrecourt )



    « Jerusalem, capitale d’un gouvernement mondial. »

  • Voici un bon condensé effectué à partir des textes du magicien (sic) et visionnaire Jacques Attali.  Ce traditionaliste ashkénaze a préfiguré à merveille, et depuis des décennies, le projet – auquel il prend part – de gouvernement mondial, ainsi que : les effets d’une épidémie, la généralisation future du télé-travail, l’utilisation de thérapie génique et de nanotechnologies, l’atomisation des libertés individuelles, etc.

    De plus, pour être moins succincts, nous pourrions aussi ajouter la création d’un « passeport vaccinal », qui débarque à peine de son cheval estampillé Union européenne, tandis que notre brave sorcier israélite le prônait et prophétisait dès 1979.

    Jacques Attali a le mérite de nous faire gagner du temps en nous disant à peu près tout, bien qu’il tente parfois de le dissimuler (cf. vidéo). Le bougre n’est d’ailleurs pas le plus insupportable de la communauté, on peut l’écouter attentivement. Humainement, il ne m’est ni antipathique, ni détestable (j’ai déjà beaucoup plus de mal avec Tristan Mendès France ou Meyer Habib), au moins lui sait se tenir droit, rester calme, posé, détaché, avoir un projet « positif », réfléchir et tenir sa ligne coûte que coûte. Beaucoup devraient s’inspirer de cet aspect comportemental, y compris chez nous, sans vouloir viser personne.

    En revanche, cela ne retirera pas le fait qu’il incarne l’ennemi mortel de notre civilisation chrétienne et de nos Humanités. Et je le dis tout en restant conscient que l’idée d’une Justice Internationale (et subsidiaire), aussi, ne m’est pas étrangère pour un sou.

    « Fake News : il ne se passe rien du tout, circulez. »

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 5 commentaires




    Quand on est d'accord avec presque tout sur un site, on n'a pas de commentaire à y faire ; du coup le petit détail (la « couleur des chaussettes », diriez-vous) de désaccord ou de nuance sera l'occasion de commentaires qui donneront à l'auteur de l'article le sentiment que même ses lecteurs le désapprouvent largement, alors que c'est en général l'inverse. Ceux qui ont la grosse tête en seront furieux et fulmineront anathèmes sur anathèmes. | Heureusement, ici c'est vraiment l'inverse : vous avez de l'humour, de la patience, et ne vous formalisez pas des contradictions. | Enfin un dissident qui ne prend pas pour le centre du monde ! | Donc ici mon désaccord sera pour le mot ashkénaze employé pour M. Jacques Attali. Est-ce un lapsus ? | Toujours est-il qu'Ashkénaze veut dire je crois Allemagne en yiddisch, et désigne les Juifs dont les ascendants parlaient cette langue (vocabulaire surtout germanique, avec éléments slaves et hébraïques), donc ceux d'Europe centrale et orientale. | Les Juifs séfarades (« Espagne ») sont ceux dont les ascendants parlaient ladino (vocabulaire à base de langues latines ; à ces « linguas francas » les Mendès-France, par exemple, doivent leur patronyme), et habitaient l'Espagne, le Portugal, l'Itale et je crois le Comtat-Venaissin. Ceux venant des arabophones et berbérophones d'Afrique du Nord, comme M. Attali si je ne me trompe, sont dits Maghrébis (« occidentaux »). Pour les descendants d'arabophones d'Égypte et de l'ancien empire ottoman, on dit Mizrahis (« orientaux »). Ces trois dernières catégories sont souvent regroupées, mais improprement, sous le seul nom de « séfarades ». | Pour le reste je suis réduit à exprimer cette banalité qu'est mon accord ; et je suis bien content que ma suggestion vous ait agréé : faire plus joli, c'est déjà rendre la France plus française !


    Répondre

    Salut Jeannot, J’ai dis ashkénaze comme on le dit pour les juifs qui sont plutôt blancs de peau, en opposition aux séfarades. Je ne savais pas spécialement qu’il venait plutôt du Maghreb pour le coup. Il me fait penser à BHL là-dessus.


    Répondre

    […] ce que le « grand rabbin » talmudique Jacques Attali nommait le droit de ne pas choisir (oxymore tyrannique et orwellien) dans son « Dictionnaire du XXe siècle » au mot […]


    Répondre

    […] voici Olivier Rey, un opposant honnête et rationnel au transhumanisme, défendu mondialement par les Attali, les Gates et les Shwab… C’est aussi ce dont a parlé rationnellement […]


    Répondre

    […] propos de la IVe révolution industrielle déjà établie à partir des travaux de Klaus Shwab, de Jacques Attali, de Laurent Alexandre, de Luc Ferry ou encore du combattant humaniste (et non transhumaniste !), […]


    Répondre