• L’opportunité des Patriotes devant le Great Reset et la 4ème révolution industrielle



    « On ne lâche rien ! »

  • « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes. »
    Nicolas Machiavel, in. Le Prince.

    Voici un compte-rendu qui ne se veut pas excessivement prolixe, mais livrant des réflexions en vrac afin de faire le point sur cette scélératesse tyrannie19, car un combat dantesque vient de s’engager et nous ne sommes pas au bout de nos tribulations.

    Retirez le « roman Covid » de l’équation, et vous ne verrez plus que des mesures coercitives objectivement soviétiques : camps d’internement, censures sur le web, obligations en tout genre, valeurs dites collectivistes prédominantes, centralisations financières, atomisation physique du travail indépendant et artisanal, etc.

    Sachez que dans un avenir pas si lointain, les docteurs honnêtes et les anarchistes anti-flics seront plus maltraités que ladite « extrême droite »– à laquelle nous appartenons – l’a été durant les précédentes décennies au nom de l’accusation de « complotiste » – vocable qui ne signifie désormais plus rien dans la bouche menteuse des régimistes.

    Dans ce dernier rendez-vous hebdomadaire proposé par les Patriotes, nous avons été environ une centaine de participants supplémentaire, comme à chaque fois, et ce, malgré le froid et les intempéries. Voilà qui est positif et augure le meilleur, même si nous devrions en réalité être des millions à descendre tant l’actualité est grave et répétitive (à moins d’avoir 300 spartiates à disposition bien sûr…). Que la gouvernance détruise méthodiquement l’économie réelle et ainsi l’avenir de la jeunesse, voilà une chose qui est actée… !

    En effet, l’actualité propose du nouveau en surface, mais en réalité ce n’est que répétitif, ennuyeusement répétitif… Souvent, les noms et les têtes changent, mais les philosophies et les rouages restent bien ancrés. Qu’on y songe en suivant les propos de Bill Gates de mois en mois, sa démence est constante et il continue de prendre 7 milliards d’habitants pour des cochons d’Inde à confiner et à piquer éternellement.

    Les gens ne se rendent pas compte, à quel point leur quotidien a été pourri par les choix successifs des gouvernements passés – de droite comme de gauche ! Au fait, nous vivions déjà dans une dystopie cosmopolite et pré-transhumaniste en 2019 (races et sexes ne devaient plus exister pour luttter contre les discriminations), soit avant cette ère « post-pandémique » (sic). Avant que le cyber-totalitarisme de la stasi-globaliste ne vous rende muet comme une carpe, faites-leur savoir (aux gens) ce qui se passe, car il n’y a que ça qui les feront peut-être bouger avant que leur porte-feuille ne se vide totalement (l’UE, les banques et le « passeport vert » y travaillent).

    Cette jacquerie continuera certainement chaque samedi, comme avec les gilets jaunes, confinement ou pas. Et, au passage, si le confinement était efficace contre un virus, le premier aurait suffi – confinement archi radical et archi respecté comme il était en plus ! Nous nommerons cela la « violence des mesures démesurées ».

    Sur ce sujet, le discours de Philippot – tant politique que sanitaire – est le bon, il relève du simple bon sens et nous le croyons sincère dans sa démarche. Il est dommage qu’il soit le seul à réagir, car il va être la principale personnalité politique à profiter de cette opportunité. Une autre chose dommageable est qu’il n’a pas le même poids politique que le Rassemblement National : autant dire d’avance que l’on fait face à un rouleau compresseur.

    Nous regrettons donc que d’autres têtes n’émergent pas, notamment au sein du système (ce qui n’est guère étonnant cela dit tant celui-ci est excessivement rempli de nullités monumentales). Et même en cas de « multiplication des pains », ils ne prendront pas le pas sur Philippot, car celui-ci tient un discours « populo » fort accessible et accrocheur. Il est en cela exactement le contraire de son homologue souverainiste au discours administratif de secrétaire : Asselineau.

    Et si l’opposition à la tyrannie19 est un bon marqueur, alors Zemmour et Onfray (constructions médiatiques bis) ont tous deux trahi au sujet de la campagne de vaccination (vue comme seule alternative avec le confinement selon les médias).

    Dans ces rassemblements, il y a ce problème récurrent avec la diffusion de musiques modernes assez Bisounours, néanmoins, ils sont plus sérieux que les manifestations moins radicales toujours gangrenées par une moitié de gens qui ont 15 ans d’âge mental, littéralement (cf. Manif pour tous ; par chance, ce ne sont pas toujours ceux qui sont entretenus devant les caméras). C’est parfois effarant… : ils doivent regarder le monde avec les yeux de leur génitrice, ces tarlouzes. Si Carrel venait à revenir, il se tirerait une balle !

    Σ

    Les globocrates multi-miliardaires sont aussi fous que les compl’autistes les plus tarés du Web. L’utilisation de la Covid ne leur sert que de transition vers une politique soviétique, dite sanitaire et climatique – aussi sûr que la guerre faite aux restaurateurs ne sert qu’a détruire une partie de notre chaîne alimentaire -, selon l’aveu de l’inénarrable Klaus Shwab du forum de Davos :

    « Si, à l’ère postpandémique, nous décidons de reprendre notre vie comme avant (en conduisant les mêmes voitures, en prenant l’avion vers les mêmes destinations, en mangeant les mêmes choses, en chauffant notre maison de la même manière, etc.), la crise de COVID-19 n’aura servi à rien en termes de politiques climatiques (sic). »

    Il y a bien un effet positif à cette période c’est que nous avons l’impression de vivre l’histoire. Tout se dessine sous nos yeux et chaque jour compte. De façon ultime et définitive, ce n’est pas dans une bibliothèque que se concluront les choses. Que ceux qui ont des burnes les sortent !

    Soyons collectivement le grain de sable qui enrayera les rouages de la davocratie. Pour que la tyrannie19 s’enraye, il faut préalablement foutre en l’air chacun de ses capots administratifs. Entre temps, construisons la nouvelle arche de Noé durant ce déluge afin de préparer « le monde d’après », c’est « à nous de jouer » comme dirait Schwab encore (sic).

    La culture du confinement devrait faire progresser son contraire dans les temps à venir : la culture de l’émeute (les Pays-Bas et la Palestine occupée le vivent déjà). En France, cette pratique est présente y compris chez les Blancs, qui eux, cibleront plus intelligemment des lieux de pouvoir. Et c’est un risque réel qui guette, même un chanteur de variét’ comme Lalanne y pousse malgré lui (+ vidéo). Et l’Amérique latine a pris tellement cher (si l’Afrique a été la plus préservée, l’Amérique du Sud a été le pire des continents) que la réaction19 partira peut-être de là.

    Si jamais nous arrivons au bout du tunnel, nous aurons d’emblée deux effets positifs : 1). Les gens aimeront leur liberté concrète et la vie comme jamais, ce qui annoncera irrémédiablement un temps de renouveau social et familial ; 2). Les mesures liberticides se retourneront contre tous ceux qui les ont promulgués ou qui ont professé leurs nécessités, de près ou de loin.

    PS. Même nos ennemis ont intérêt à nous lire au final, pour faire d’une pierre deux coups : ils se renseignent et saisissent notre schéma mental pour éventuellement se construire en réaction. L’héritage de la dialectique et de la rhétorique grecques n’a pas que du mauvais, loin de là !

    -*-

    Aspect médical de RéinfocovidAspect juridique avec Réaction19Aspect journalistique avec Aube Digitale

    « Je nous vois déjà dans 20 ans. Tous enfermés chez nous. Claquemurés (j’adore ce verbe, et ce n’est pas tous les jours qu’on peut le sortir pour lui faire faire un petit tour). Les épidémies se seront multipliées: pneumopathie atypique, peste aviaire, et toutes les nouvelles maladies. Et l’unique manière d’y échapper sera de rester chez soi. (…) La vie de « nouveaux prisonniers » que nous mènerons alors sera non seulement préconisée, mais parfaitement possible, et même en grande partie très agréable. Grâce au télé-travail qui nous permettra de bosser à la maison tout en gardant les enfants (qui eux-mêmes suivront l’école en vidéo-conférence). Grâce à Internet qui nous épargnera bien des déplacements: on n’aura plus besoin ni de poster les lettres, ni d’acheter un journal «physique», ni d’aller faire la file dans les administrations. (…). Dans les rues, il ne restera plus que des chiens masqués qui font seuls leur petite promenade (pas de problème, sans voitures), et du personnel immigré sous-payé en combinaison étanche, qui s’occupera de l’entretien des sols et des arbres. D’autres s’occuperont de la livraison de notre caddy de commandes à domicile.Alors nous aurons enfin accompli le dessein de Big Brother. Nous serons des citoyens disciplinés, inoffensifs, confinés, désocialisés. Nous serons chacun dans notre boîte. Un immense contingent de «je», consommateurs inertes. Finie l’agitation. Finie la rue.»

    Marc Moulin – Vers la civilisation du couvre-feu, 2003.

    Lisez ici une autre prédiction à propos d’un monde sans liberté : celle de Mgr Marcel Lefebvre !

     

    Rencontre (de Monttoire, lol) entre Macron et Shwab au Forum Économique Mondial de Davos.


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !