• Il a été enfermé de force en hôpital psychiatrique pendant 3 ans à cause de son honnêteté – Jean-Louis Caccomo



    Mode soviétisme total activé en 2016 contre un professeur d’université.

  • Pierre Bergerault reçoit le professeur Jean-Louis Caccomo, docteur en sciences économiques, pour évoquer son internement de force en hôpital psychiatrique pendant 3 ans. Sa hiérarchie lui a reproché d’avoir dénoncé un trafic de diplômes. Il est aujourd’hui libre mais les responsables courent toujours…

    À l’heure où nombre de régions fédérales allemandes ouvrent des « camps d’internements » (sic) contre ceux qui « brisent le confinement » (re sic) – et que cette pratique a vocation à s’élargir dans tout l’espace contrôlé par l’Union européenne (le projet Castex, cadeau de Noël empoisonné, contenait en substance la même pratique) –, nous estimons important de vous avertir de ce fait en relayant un entretien vidéo de TV Liberté.

    Cet homme, M. Caccomo, qui a été drogué chimiquement et régulièrement poussé au suicide (des pratiques similaires ont été utilisées contre les opposants au régime soviétique), a vécu dans notre futur. Car s’il faut toujours souhaiter le meilleur, il faut par ailleurs prévoir le pire : ainsi, les évènements à venir nous apparaîtront comme moins douloureux.

    Les recteurs d’université concernés, dont la présence est aussi parasitaire que l’élite actuelle, et qui s’en mettent plein les poches, ont réagi comme une mafia, en protégeant leurs affaires et autres escroqueries juteuses :


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !