• Message d’espérance – « Noël en Taule », poème de Robert Brasillach lu par Jean-Marie Le Pen (audio)



    Saint Nicolas de Myre avec nous.

  • Tout d’abord, une petite pensée pour l’écrivain français enfermé Hervé Ryssen !

    Car, toutes proportions gardées, nous vivons tous dans un asile – à ciel ouvert, certes – à l’heure actuelle. Ne serait-ce que par la prolifération des délires gauchistes, transhumanistes et cosmopolites pré-2020. Ce à quoi nous pouvons désormais ajouter l’ère covidesque qui se veut le nouvel an 0. À partir de maintenant, défendre son être et son intégrité physique, revient quelque peu à jouer une partie d’échec dans laquelle nos ennemis s’arrogent le luxe de déplacer trois pièces par tour.

    La vie est belle, mais elle est aussi tragique. Lors-qu’éclata la Grande Guerre de 1914, un jouvenceau de 19 ans destiné à mourir au front en savait quelque chose. Et nous, en luttant pour notre liberté contre cette conjuration satanique globale, nous avons aussi l’impression de jouer notre insignifiante vie sur un coup de Poker – toutes proportions gardées, encore une fois !

    Après tout, il est tout à fait logique que les partisans et subordonnés du globalisme interdisent la vie autant que le « fascisme », car les deux vont de pairs : ils n’aiment pas la vie humaine > ils refusent le vitalisme > ils haïssent le « fascisme », ou ce qu’ils nomment comme tel – principe s’incarnant dans une politique nationale et sociale et à partir de chacune des classes moyennes occidentales.

    Toutefois, tenez bon jusqu’au dernier quart d’heure. Les moments durs permettent à certains hommes de décupler leurs capacités et de se révéler. C’est au moment le plus dur, à la dernière minute, que tout se joue, et qu’il est possible de reconnaître les plus vaillant d’entre-nous. Ne soyons pas vaincus d’avance : nous sommes légions, nous avons raison et nous l’emporterons par une volonté soutenue par la grâce (foi et patriotisme sont d’ailleurs les pires cauchemars avoués de l’inénarrable Klaus Schwarb, le seigneur de Davos).

    Urgences sanitaire, puis climatique et enfin anti-terroriste. Dans un tel projet restrictif à ciel ouvert, les pauvres complotistes sont dépassés et sombrent dans un chômage forcé et prolongé. Tant mieux, car ils provoquaient une peur ainsi qu’une paranoïa paralysantes dès que la moindre personne de bonne volonté osait entreprendre quelque chose. C’est ici un grave danger au regard de ce qui se passe sous nos yeux. Décidément, les gens plus sains d’esprit sont pris en tenaille « entre ceux qui ne voient aucun complot et ceux qui en voient partout » (Jeune Nation) ! Le déplacement de l’aiguille de la montre se révèle cruel. En effet, il va bien falloir que les peuples se lèvent promptement comme un seul homme, à moins que, plus amorphes, ils préfèrent finir en caleçon sous les ponts de France et de Navarre.

    En sommes, leur « gouvernance » alternera dès lors indéfiniment entre confinement et couvre feu. « Plus de retour à la normale » comme dirait Schwarb, l’Ayatollah du Great Reset. Et dans un même temps, en France, est entrepris la vaccination expérimentale de masse. À ce rythme, ils viendront récompenser, l’été arrivant, ceux qui ont accepté l’injection en leur faisant récupérer une hypothétique vie sociale sous contrôle. Voilà un coup prévu à l’avance, parce que bien plus qu’une crise, c’est un système sanitaire bolchevique 2.0 qui se met en place. Les médias forcent sur ce sujet alors que pour notre part, nous ne voulons même pas en entendre parler, comme 1 français sur 2 du reste… Pour eux, 67 millions d’habitants fait 67 millions d’ennemis : les soumis seront fliqués par nanotechnologie et les opposants fliqués assidûment par les méthodes plus traditionnelles et stalinienne.

    Serions-nous donc acculés, internés, enfermés, bâillonnés et pourquoi pas ruinés encore ? Surtout, malgré cela, évitez les dépressions lourdes (chose voulue très officiellement dans les rêves spéculatifs de ce même Schwarb), contactez vos amis et votre famille, au mieux fréquentez-les, et si vous les aimez – et ce ne serait pas normal de ne pas les aimer -, renseignez-les un minimum sur ce qui se passe : globalisme, effets du confinement, menace sanitaire, centralisation des capitaux, digitalisation du l’homme, surveillance globale, antiracisme dogmatique, etc.

    Et pour terminer avec le plus important en ce jour : puissons-nous enfin nous recueillir, penser à quelque chose de positif et d’un ordre supérieur – à savoir spirituel -, en ce nouvel avènement de la naissance humble et typiquement paysanne du Christ, Fils de Dieu qui s’est fait homme pour la rémission de nos péchés. Dans l’absolu, remettons-nous à la Providence, en espérant qu’elle donne bientôt des signes intermédiaires et visibles qui nous permettront de percevoir Son action bienfaisante.

    Bonne et Sainte Fête de la Nativité à tous nos lecteurs !


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 2 commentaires




    Le diable étant dans les détails, il serait bon de définir les normes permettant de décider : 1° ce qui est assurément un complot ; 2° ce qui est un complot contestable ; 3° ce qui est un peu vraisemblable complot. Sinon chacun verra midi à sa porte... | Mais l'essentiel est ceci : JOYEUX NOËL À VOUS ET AUX VÔTRES !


    Répondre

    Ce que je pense, c'est qu'avant de s'intéresser à la culture du complot, c'est de se former d'abord et d'apprendre ce que sont les choses en soi (ex : la franc-maçonnerie est une société initiatique). Autrement, vous posez une question et dites des choses de bon aloi. Joyeux et Saint Noël à vous et à vos proches.


    Répondre