• Au cœur de la Troisième Voie allemande



    Un exemple de la droite radicale en Allemagne.

  • Nous vous invitons à voir ce documentaire d’Arte. Il parait curieusement hallucinant de complaisance, ou du moins, il permet à chacun des cadres et militants du mouvement de s’exprimer librement. On entend soit un condensé de propos vitalistes, traditionalistes et socialistes-nationaux. Nous y voyons des gens exceptionnels et équilibrés, et c’est en cela que nous trouvons ce documentaire dissonant, peu « politiquement correct ». En d’autres termes, il ne cherche pas la diabolisation en restant objectif et honnête. Nous avons l’impression d’assister à cette ancienne émission – Apostrophes, en 1987 – où Maurice Bardèche et BHL pouvaient se faire face, sans parti pris.

    La Troisième Voie se trouve dans l’Est-Allemand plus préservé et plus patriotique. Le mouvement propose des activités positives, d’aides aux démunis et dans un esprit communautaire. Aux discours suivent les actions et le caractère y est noble, ce qui est porteur d’un certain héroïsme, tranchant de la nullité de nos contemporains. Bénéficier de gens sains est le préalable minimal et obligatoire avant la sainteté, car il est impossible de greffer le surnaturel à une nature viciée. Tout n’est pas perdu, ceux qui vous disent le contraire sont de dangereux menteurs. Il reste un espoir au milieu de nos décombres, et ces gens, souvent issus de la classe moyenne inférieure, l’incarnent.

    Pour exprimer quelques réserves et ne pas non plus être dithyrambique, notons que ces classes défavorisées ont clairement pris du plomb dans l’aile, nous le constatons à la présence de femmes ravagées qui ne sont ni très jolies, ni très coquettes, c’est le moins que nous puissions dire… ! Dans la  même trempe : les piercings, les tatouages, le Hip Hop, etc, ne sont pas du tout du meilleur aloi. Il n’y a pas que du bon, mais cela augure tout de même plus de choses positives qu’autre chose. Force est de constater que nous n’avons pas vraiment d’équivalent en France. Approximativement, c’est une sorte de Casapound à l’Allemande.

    Seule une nouvelle Europe de Charlemagne est encore viable. Il faut dépasser les nations, penser européen – et ethnarchique -, mais européen dans un espace créateur qui a encore de l’avenir. Une Europe confédérale qui remodèle ses limites biologiques et charnelles, sans nier les organes nationaux ni régionaux, ainsi que toute la richesse de ses espaces linguistiques et culturels internes. La tâche est immense, et c’est justement ce qui doit nous donner de l’entrain et de la gaîté en ces temps de menace mortelle néo-soviético-globaliste !

    « Peu de groupuscules d’extrême droite sont aussi ouvertement antidémocratiques que La Troisième Voie (Der III. Weg). D’après les autorités allemandes, beaucoup de ses membres seraient prêts à passer à l’acte. “ARTE Regards” a suivi pendant plusieurs mois ce mouvement qui compte aujourd’hui près de 600 membres.

    Julian Bender affirme que le système allemand n’est pas réformable et qu’un nouvel ordre politique s’impose. À 28 ans, cet employé est “chef du secteur Ouest” de La Troisième Voie (Der III. Weg). Les méthodes de recrutement de cette organisation d’extrême droite passent notamment par un programme social réservé exclusivement aux “Allemands de souche”. Ainsi, dans la ville de Plauen, l’organisation néonazie propose une aide aux devoirs, donne des vêtements aux nécessiteux et organise des petits-déjeuners pour les femmes. Le chef de section Tony Gentsch participe à la banque alimentaire pour les plus démunis. Aux yeux de cet ancien skinhead, l’engagement social fait partie du combat politique. La Troisième Voie célèbre le sens de la communauté et profère sans complexe des slogans nazis lors de ses rassemblements. À Olpe, à l’occasion d’une journée dédiée à “la culture nationale et régionale”, une intervenante a harangué le public en ces termes : “Dans le domaine politique, culturel comme économique, l’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers. Et l’individu doit s’effacer devant le collectif.” Briser les tabous politiques et répandre son idéologie, telle est apparemment la stratégie de La Troisième Voie, camouflée sous un vernis social. »


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 3 commentaires




    […] C’est encore sur Arte que cette production, cette fois-ci plus gauchiste et plus efféminée q… (l’un expliquerait peut-être l’autre ? #lol), est née. Cela ne vous empêchera pas néanmoins de nourrir votre réflexion ici ou là : […]


    Répondre

    Ave Très instructif. Je suis étonné que de tels documentaires voient encore le jour à notre époque de censure quasi totale. Je serais curieux de savoir d'où provient le financement de "troisième voie": Ouvrir des locaux un peu partout et offrir des repas gratuits autant qu'organiser tant d'activités, quand les membres certes payent des cotisations mais sont issus de milieux plutôt défavorisés, cela ne va pas de soi. Vale


    Répondre

    Le seul défaut de cette organisation nationaliste est son caractère paien ou néo-paien, c'est dommage mais bon c'est beaucoup mieux que les partis classiques talmudo-compatibles. Au moins, la 3éme Voie défend uniquement l'Allemagne sans chercher à envahir d'autres pays.


    Répondre