• Mettre fin à l’instruction à domicile puis aux écoles hors-contrat : le plan maçonnique de Macron (Civitas)



    Défense des libértés humaines concrètes.

  • Ce vendredi 2 octobre, Emmanuel Macron, président de la République, a déclaré, que l’instruction scolaire à domicile serait, à partir de la rentrée 2021, «strictement limitée, notamment aux impératifs de santé», et que «l’instruction à l’école» serait rendue «obligatoire» dès l’âge de trois ans.

    Ce faisant, sous prétexte de lutter contre «les séparatismes», il déclare la guerre à tous ceux dont la religion n’est pas la laïcité maçonnique.

    Le plan présenté par Emmanuel Macron est tout simplement la mise en application du projet des loges maçonniques dont l’ex-ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon, lui-même franc-maçon, avait décrit la teneur dans son livre Une religion pour la République (Seuil, 2010).

    «La laïcité française, son ancrage premier dans l’école, est l’effet d’un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l’école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la République.”, écrivait Vincent Peillon.

    «Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Eglise», poursuivait Peillon.

    «Dans nos valeurs, l’Education vise à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux», avait à son tour prévenu Christiane Taubira à l’Assemblée Nationale le 3 février 2013.
    C’était annoncé, Emmanuel Macron veut le réaliser.

    Aujourd’hui, Emmanuel Macron veut s’emparer des plus de 50.000 enfants qui suivent l’instruction à domicile.

    Demain, il cherchera à s’emparer des enfants scolarisés dans les écoles hors contrat. Emmanuel Macron a ainsi annoncé que les écoles hors contrat seraient davantage contrôlées notamment à propos du «parcours des personnels», du «contenu pédagogique des enseignements» et de «l’origine des financements». Emmanuel Macron s’est d’ailleurs dit  conscient du risque de «réveiller des passions que notre pays a pu connaître».

    Le président de la République l’a affirmé, il ne veut plus d’enfants «totalement hors système».

    Pour faire avaler plus facilement ce projet aux Français, Emmanuel Macron a habillé son plan d’un emballage : la lutte contre l’islamisme. La méthode est hélas habile afin de camoufler les véritables enjeux de ce projet.

    Emmanuel Macron a tout de même reconnu qu’il s’agissait là «sans doute» d’une des décisions «les plus radicales depuis les lois de 1882 et celle assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969».

    Le projet de loi sera débattu en Conseil des ministres le 9 décembre.

    CIVITAS promet une mobilisation totale de ses forces contre ce projet de loi scandaleux et inacceptable.

    Dans les heures et les jours qui viennent, nous vous avertirons de différentes initiatives en ce sens.

    Alain Escada,
    président de CIVITAS

    Post-scriptum : Notre cellule juridique est déjà à pied d’œuvre pour la bataille juridique que cela va nécessiter. Et nos graphistes préparent la bataille de la communication qu’il va falloir livrer. Si nous voulons parvenir à sauver l’instruction à domicile et les écoles hors contrat, nous allons devoir entrer dans un rapport de force qui va demander d’importants moyens humains et financiers. Que ceux qui peuvent nous aider financièrement le fassent, même de façon modeste (rappelons que les dons et adhésions à Civitas sont partiellement déductibles de vos impôts). Que ceux qui seront prêts à coller des affiches ou distribuer des tracts sur le sujet se fassent connaître. Que les juristes prêts à rejoindre notre cellule juridique se signalent. Et que tous prient pour que ce projet tyrannique du président de la république échoue.


    La démocratie, est-ce la liberté ?
    De Socrate au Covid-19

    La nouvelle revue publiée par Civitas consacre son dossier à une thématique qui colle particulièrement à l’actualité : la démocratie, est-ce la liberté ?

    La France actuelle nous est présentée par la pensée dominante comme un modèle démocratique. Pourtant, que ce soit avec la tyrannie instaurée sous prétexte sanitaire ou avec l’annonce prononcée ce vendredi par Emmanuel Macron d’un projet de loi visant à mettre fin à l’instruction à domicile et à rendre bien plus difficile la vie des écoles hors contrat, ce “modèle démocratique” français se révèle être foncièrement liberticide.

    Le dossier proposé par Civitas examine donc cet aspect à travers le temps et des personnalités variées : selon Socrate (traité par le Professeur Gérard Bedel), selon Jésus-Christ (par le RP Joseph), sous l’ancienne France (par le Professeur Franck Bouscau), sous la Révolution (par l’historienne Marion Sigaut), selon Tocqueville (par le Professeur Philippe Pichot Bravard), selon la liberté religieuse (par le RP Laurent), dans les rapports entre la République et l’enseignement (par Claude Meunier-Berthelot), au sujet de la liberté d’expression (par le RP Joseph) et des lois liberticides (par Bruno Gollnisch) ou encore au sujet du Covid-19 (par le Docteur Nicole Delépine).

    Ce dossier réalisé sous la direction du Professeur Hugues Petit, président du Conseil Scientifique de Civitas, fournira une solide base de réflexion et des arguments de qualité à ses lecteurs et devrait intéresser toute personne lucide et plus encore tout militant politique honnête.

    A commander en ligne ici

    ou en envoyant un chèque de 12 euros (frais d’envoi compris) à :
    Secrétariat de Civitas, 1 rue de la Maubette, 03140 Etroussat

    Mieux encore, abonnez-vous à la revue Civitas !


    Agenda

    Samedi 17 octobre pour le Grand Sud-Est/Lyon
    Avec Bruno Gollnisch en invité d’honneur

    La journée a pour thème : Covid, immigration, religion : la Vérité vous rendra libre

    • 09h30 Messe
    • Interventions de :
      . RP Joseph, capucin et aumônier de Civitas,
      . Léon-Pierre Durin
      . Valérie Laupies
      . Hugues Petit
      . Bruno Gollnish
      . Alain Escada
    • 17h30 : fin de la journée
      Stands, dédicaces, activités pour les enfants, petite restauration

    A 20 minutes de Morgon et 50 minutes de Lyon.
    Réunion privée. Inscription obligatoire via la billetterie en ligne
    Contact : Civitas Savoie


    Samedi 21 novembre pour le Grand Sud

    La journée a pour thème : La Chrétienté face au gouvernement mondial

    • Messe
    • Interventions de :
      . RP Joseph, capucin et aumônier de Civitas,
      . Léon-Pierre Durin, secrétaire général de Civitas
      . Abbé Xavier Beauvais, conseiller doctrinal de Civitas
      . Valérie Laupies, conseillère régionale
      . Valérie Bugault, juriste, spécialiste de la géopolitique économique
      . Pierre Hillard, spécialiste de la géopolitique et du mondialisme
      . Alain Escada, président de Civitas

    Stands, dédicaces et petite restauration sur place.

    Les précisions suivront pour la billetterie en ligne et le banquet johannique de la soirée.
    Contact : Civitas Pays Réel Sud


    Aider Civitas

    Une adhésion, un abonnement, un don si modique soit-il, c’est contribuer à maintenir débout l’étendard de la Chrétienté !

    S’abonner à la revue
    S’abonner à la revue Civitas : 30 €  Image d’aperçu  
    – Si paiement par chèque, chèque à l’ordre d’ADF-Civitas, envoyé à :
    Secrétariat Civitas, 1 rue de la Maubette, 03140 Etroussat
    – Pour les résidents hors de France, possibilité de faire s’abonner, par virement bancaire en mentionnant OBLIGATOIREMENT son adresse postale  :
    Banque Postale : FR02 2004 1010 1251 9584 8B03 351 – PSSTFRPPSCE

    Les abonnements ne donnent pas lieu à l’émission d’un reçu fiscal.

    Adhérer à Civitas

    Adhésion (l’adhésion à Civitas n’est pas exclusive de l’adhésion à une autre organisation) :
    normale : 30 € – de soutien : 50 € – Jeunes (18-25 ans) : 15 €  

    – Par virement en indiquant adresse postale et adhésion :
    Banque Postale : FR02 2004 1010 1251 9584 8B03 351 – PSSTFRPPSCE
    – Par chèque à l’ordre d’ADF-Civitas, envoyé à :
    Secrétariat Civitas, 1 rue de la Maubette, 03140 Etroussat

    Faire un don à Civitas
    – Par virement en indiquant adresse postale et don :
    Banque Postale : FR02 2004 1010 1251 9584 8B03 351 – PSSTFRPPSCE
    – Par chèque à l’ordre d’ADF-Civitas, envoyé à :
    Secrétariat Civitas, 1 rue de la Maubette, 03140 Etroussat

    Votre don vous donne droit à une réduction d’impôt à hauteur de 66% de son montant, dans la limite de 20% du revenu imposable. Les dons sont plafonnés à 7500€ par personne physique et par an pour l’ensemble des mouvements politiques.
    Les dons doivent provenir de personne physique et leur règlement provenir du compte personnel ou du compte du conjoint du donateur.
    Les dons de personnes morales (entreprise, association, collectivité…) ne sont pas autorisés.
    Les reçus fiscaux sont émis et envoyés dans le premier trimestre de l’année qui suit le don.

    Nos seuls moyens financiers proviennent de votre générosité. Merci.

    SOURCE.


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !