• « Le phénomène colonial », entretien d’octobre 2020 (André Gandillon)



    Vitalisme des peuples et conséquences avec la Revue Militant.

  • #Actualité #Politique #Occident – Entretien de la « Revue Militant » réalisé en octobre 2020, en présence du rédacteur en chef M. André Gandillon, de MM. Florian Rouanet et J. Lamour.

    Mots clés : ordre naturel, supériorité, dynamisme, force économique, bienfaits, histoire des colonisations européennes, seconde guerre mondiale, gréco-romanité, virilisme, gauchistes blancs, immigration, esclavage, Jules Ferry, etc.

    Revue Militant


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    Achtung! Est-ce que M. Gandillon est candidat pour aller tenir compagnie à Hervé Ryssen à Fleury-Mérogis quand il parle du "magistère du judaïsme politique"?? Plaisanterie à part, j'aimerais faire remarquer que, si des intelligences lucides européennes avaient prévu ce qu'il en couterait dans l'avenir à l'Europe de la colonisation, peut-être auraient-ils laissé ce "chantier" en l'état. On ne peut juger l'histoire du passé qu'avec du recul et si l'on avait tout simplement décidé de commercer avec les pays sous-développés d'alors plutôt que les conquérir plus ou moins brutalement, on se serait peut-être évité tous les affres de la décolonisation. Le principe de ces relations commerciales auraient été de dire à ces pays: "Vous avez des choses que nous n'avons pas et dont nous avons besoin et vous avez certainement besoin de choses que nous avons." La colonisation relativement humaniste que nous, français, avons pratiqué et qui basée sur l'éducation, l'hygiène, la natalité s'est retournée contre nous. Les anglo-saxons eux, ont pratiqué une colonisation bien plus brutale voir parfois génocidaire (par exemple les Amérindiens, les aborigènes d'Australie) qui fit qu'en vidant les terres de ses habitants on les possède plus vite. Ceci pour dire qu'il y a bien eu plusieurs types de colonisation: portugaise, espagnole, anglo-saxonne, française, allemande, etc... Mais bien entendu on ne peut réécrire l'Histoire qu'au travers d'uchronies et de dystopies et je pense que faire des mea-culpa en toutes occasions frise souvent le ridicule et la lâcheté. En termes de ridicule et de lâcheté nos zélites dégénérées ont bien su donner le la...


    Répondre