• L’avortement jusqu’à 14 semaines



    Le but ultime étant de le repousser jusqu’au neuvième mois…

  • Avorter jusqu’à 14 semaines de la grossesse ? Les députés ont voté majoritairement en faveur de cet infanticide. Médias-presse-info :

    Par une majorité de 102 députés sur 178 présents, l’Assemblée Nationale a voté ce jeudi pour autoriser l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse.

    Il suffit pourtant de voir les images de l’enfant présent dans le ventre de sa mère à 14 semaines de grossesse pour comprendre qu’un tel avortement n’est rien d’autre qu’un infanticide.

    On notera que même parmi les députés qui ont voté contre cette proposition de loi, la plupart n’ont absolument pas l’esprit clair. A l’exemple de Nicolas Dupont-Aignan qui s’est senti obligé d’affirmer que l’IVG est un droit fondamental auquel il est attaché. Aucun des députés ayant voté contre cette proposition de loi n’a remis en question le “droit” à l’avortement.

    -*-

    L’avortement jusqu’à 14 semaines : toujours plus loin dans les sacrifices humains ! Rivarol :

    « Jusqu’où iront-ils dans le crime et la folie ? Après avoir voté en deuxième lecture le 29 juillet l’extension de la procréation médicalement assistée aux lesbiennes et en première lecture un amendement ouvrant la possibilité d’avorter jusqu’à neuf mois, dans les cadre des IMG (interruptions médicales de grossesse), en cas de « détresse psycho-sociale » de la mère, l’Assemblée nationale débat de l’allongement de la durée légale de l’IVG (interruption volontaire de grossesse) de 12 à 14 semaines. Fixé à dix semaines dans la loi Veil (1975), le délai pour avorter, c’est-à-dire pour tuer le fruit de ses entrailles, avait déjà été allongé de deux semaines par la loi Aubry en 2001. Vingt ans plus tard, il risque donc d’être à nouveau allongé. C’est logique : dès lors que l’on s’en prend frontalement à la vie, à la morale, au bon sens, à la nature et donc au Créateur, il n’y a aucune raison que l’on n’aille pas toujours plus loin dans l’horreur, dans l’abomination, dans l’assassinat industriel des innocents. On a agi de même s’agissant des droits accordés aux invertis dans une course folle vers l’abîme : en instituant le Pacs en 1999, puis le “mariage” homosexuel en 2013, puis la PMA pour les lesbiennes, et demain la GPA. Selon une gradation continuelle dans la folie et dans tout ce qui est contre-nature. Et pour être sûr que l’on ne détricote pas demain ce qui a été fait en faveur du lobby LGBT, les pouvoirs publics ont créé en 2004 un délit d’homophobie destiné à disqualifier moralement et à pourchasser judiciairement les défenseurs de la famille traditionnelle et de la morale naturelle. Et ils ont également institué un organisme gouvernemental, destiné à poursuivre en justice tous ceux suspectés de manquer d’enthousiasme à l’égard des “avancées” dites sociétales. Cet organisme s’appelle la DILCRAH : Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. 

    Même le détestable Israël Nisand, président du Collège national des gynécologues et obstétriciens de France (CNGOF), et qui est pourtant un fanatique de l’avortement, semble comprendre — ou plutôt feint de comprendre — les réserves de beaucoup de ses confrères devant ce projet de nouvel allongement des délais pour avorter. Selon lui, en effet, l’IVG n’est pas du tout semblable à douze et quatorze semaines. « Concrètement, à douze semaines, un fœtus mesure 85 millimètres, de la tête aux fesses. À quatorze, il mesure 120 mm et a la tête ossifiée. Ce qui veut dire qu’il faut couper le fœtus en morceaux et écraser sa tête pour le sortir du ventre. On peut donc comprendre que ce soit assez difficile à réaliser pour beaucoup de professionnels », affirme le chef du service de gynécologie-obstétrique du CHU de Strasbourg dans une interview accordée au Monde. Ces propos, pourtant exprimés de manière détachée et qui se placent sur un plan purement technique, et nullement sur un plan moral, permettent de mieux comprendre le crime absolu, barbare et abject, la boucherie immonde que constitue tout avortement, et plus encore bien sûr tout avortement tardif : il faut écraser la tête du bébé, couper le fœtus en morceaux. Voilà ce que font des médecins qui sont censés défendre la vie, guérir des malades et qui ont tous prononcé le serment d’Hippocrate ! C’est à cela qu’on mesure à quel point notre société est pourrie jusqu’à l’os. C’est la complicité, active ou passive, du grand nombre qui autorise une aggravation continue de la situation dans tous les domaines.

    Comme toujours, ceux qui s’opposent à ce nouveau pas dans l’horreur et l’abjection sont lamentables dans leur argumentation et d’une écœurante lâcheté. Ils s’opposent pour des raisons techniques ou psychologiques mais se gardent bien de remettre en question le sacro-saint « droit à l’avortement ». Or, le problème principal n’est pas que l’on étende le délai des IVG (que ces acronymes qui dissimulent des réalités horribles sont laids et hypocrites !) mais que ce crime soit légalisé, promu, et pire encore remboursé à 100 %. Dans les manuels d’histoire ou dans des documentaires radiotélévisés, on évoque parfois les sacrifices humains qui se perpétraient dans d’anciennes civilisations, chez certains peuples, et non des moindres. Mais on ne s’interroge jamais pour savoir si notre société, qui se veut civilisée et aseptisée, autorise ou promeut légalement, à sa manière, des sacrifices humains. Et pourtant le massacre industriel des enfants à naître (plus de 200 000 par an en France, dix millions depuis la loi Veil) n’est rien d’autre, si l’on se donne la peine d’y réfléchir, qu’un sacrifice humain à grande échelle. Légalisé, sacralisé, remboursé. 

    C’est si vrai que Macron a panthéonisé en 2018 Simone Veil, grande prêtresse de ce sacrifice. La présidente de la fondation pour la mémoire de la Shoah a ouvert la voie par sa loi à l’holocauste des enfants à naître. Il est interdit de nier l’holocauste des juifs et il est interdit parallèlement de parler d’holocauste pour les dizaines de millions d’enfants avortés chaque année dans le monde. Cette double interdiction devrait donner matière à réfléchir au degré d’imposture et de mensonge du monde dans lequel nous vivons.

    Les progrès de la science, et notamment de l’échographie, ne laissent aujourd’hui aucun doute sur le fait que le processus vital qui va donner naissance à un enfant commence dès la conception. Les différentes échographies réalisées pendant la grossesse permettent de mieux se rendre compte de la merveille de la vie, d’entendre le cœur du bébé qui bat, de voir sa tête, ses jambes, ses bras, ses petites mains, ses pieds, etc. C’est donc en toute connaissance de cause que les différents gouvernements, en lien avec la maçonnerie, légalisent et promeuvent des crimes de masse. On évoque sans cesse des meurtres de masse censément commis par des régimes politiques n’ayant plus cours aujourd’hui mais on s’interdit de considérer et de dénoncer les crimes de masse qui se commettent tous les jours sous nos yeux. Dans l’indifférence générale et un silence sépulcral. Pourtant, dans Passeport Santé, qui est distribué très officiellement aux femmes enceintes, on affirme bien qu’à 14 semaines le bébé est bien vivant et qu’il est déjà un petit homme : « En cette 14e semaine de grossesse, la taille du bébé est de 14 cm et son poids de 110 g. Sa croissance va désormais prendre un rythme très rapide. En une semaine seulement, il aura quasiment doublé son poids. Tous ses principaux organes sont en place et commencent à fonctionner, individuellement pour commencer, puis au fil des semaines, de façon coordonnée. Lorsque le fœtus a 14 semaines, son apparence se rapproche de plus en plus de celle d’un petit homme, tant au niveau de la position que des proportions des différentes parties de son anatomie. Sa tête est droite et ses jambes sont désormais plus longues que les bras. L’intestin commence à réintégrer l’abdomen. Son visage s’humanise avec de petites mimiques : il fronce les sourcils, tournent les yeux. L’ossification de son squelette se poursuit. Il alterne des périodes de veille et de sommeil. Et lorsqu’il est éveillé, il bouge de plus en plus, pliant les bras et les jambes, serrant les poings. Le cœur du fœtus est parfaitement formé, il se contracte et se dilate, envoyant le sang dans les veines qui parcourent son corps. Le fœtus commence à percevoir les bruits du corps de la maman : les battements du cœur, les gargouillis du ventre, les bruits de la respiration. La thyroïde sécrète l’hormone thyroïdienne, très importante pour sa croissance et son développement. » C’est dire toute l’hypocrisie de ceux qui nous dirigent : ils tuent en sachant parfaitement ce qu’ils font ! (…) »

    […] (lire la suite)


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !