• La crise de la conscience européenne (1680 – 1715) – Paul Hazard



    Les Français pensaient comme Bossuet et tout d’un coup, ils pensent comme Voltaire.

  • La Crise de la conscience européenne (PDF) est le titre d’un essai d’histoire politique de Paul Hazard, publié en 1935 à Paris.

    WikiPedia :

    À l’aide de nombreux arguments et exemples, Paul Hazard, professeur de littérature comparée au Collège de France et qui sera plus tard élu à l’Académie française, explique, dans la Crise de la conscience européenne, le basculement psychologique entre une France marquée par l’ordre, le sens de l’autorité, la croyance aux dogmes, la fidélité à l’Église et au roi et une France marquée par le règne de la Raison, du doute, de la liberté individuelle, du rejet des institutions, de l’Église, des vérités traditionnelles… Une France confortée dans sa puissance de Royaume catholique et une France marquée par le règne de la raison, dans une Europe des idées. Selon l’auteur, ces changements d’abord essentiellement psychologiques et intellectuels aboutissent à la Révolution.

    Les grandes batailles d’idées ont eu lieu avant 1715. Spinoza, Pierre Bayle, Locke, Newton, Bossuet, Fénelon… ont été au cœur des combats intellectuels. Un ensemble d’idées fortes ont jailli : rationalisme, esprit anticlérical, sentiment anti-religieux, égalité, liberté de l’individu, droits de l’homme et du citoyen… Un nouvel ordre des choses a commencé… Quelles en seront les conséquences ? En 1715, personne encore ne peut imaginer la profondeur de ces courants et la manière dont ils modifient les racines de la société. Tranquillement pourtant, la pensée des peuples évolue et à la fin du XVIIIe, c’est sur ces bases que naît la Révolution avec les changements idéologiques qui l’accompagnent.

    De toutes les façons, il n’y a pas besoin d’un laïus pour capter le fond de l’ouvrage, tant le fait est patent, les français ont subi un basculement complet.

    -*-

    Recension : « La majorité des Français pensait comme Bossuet ; tout d’un coup, les Français pensent comme Voltaire : c’est une révolution », écrit Paul Hazard dans ce livre devenu un classique. De 1680 à 1715 s’affrontent, en effet, les idées les plus contradictoires et les plus puissantes. L’ordre classique, qui avait repris force après la Renaissance, paraissait éternel. Or, vers 1680, tout se met à bouger. Un air extérieur semble souffler dans le solennel édifice ; des esprits ont l’audace de prétendre que les Modernes valent bien les Anciens, que le progrès doit l’emporter sur la tradition, la science sur la foi. « Il s’agissait de savoir si l’humanité continuerait sa route en se fiant aux mêmes guides ou si des chefs nouveaux lui feraient faire volte-face pour la conduire vers d’autres terres promises. »

    Une époque charnière donc, où l’esprit de doute surgit partout. Le goût des récits de voyage élargit les horizons et ébranle les certitudes acquises ; on discute de la Bible, de l’authenticité des textes sacrés, des mystères ; les libres penseurs font la guerre à la tradition ; on parle de religion naturelle, de mort naturelle, de droit naturel ; on rêve d’une ère de bonheur terrestre fondée sur la raison et sur la science, les philosophes prônent la tolérance. C’est ce formidable bouillonnement d’idées et d’hommes que décrit Paul Hazard, en retraçant en quelque sorte l’histoire des origines de l’Europe contemporaine.

    Amazon.


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    […] avez aussi La crise de la conscience européenne (1680 – 1715) de Paul Hazard (publié en 1935 à Paris), un essai recommandé par André Gandillon, utile pour se rendre compte du changement brutal de […]


    Répondre