• Une théorie hasardeuse : la déposition du « pape hérétique » – Maxence Hecquard



    « La crise de l’autorité dans l’Église »

  • Le présent texte est la suite de ma controverse avec Dominicus du couvent dominicain de La-Haye-aux-Bonshommes (Avrillé, France) sur de mon livre La crise de l’autorité dans l’Église, Les papes de Vatican II sont-ils légitimes ? (éd. Pierre-Guillaume de Roux 2019). J’avais donné une réponse plus circonstanciée dans Lecture et Tradition de juillet-août2019. Le lecteur peut trouver cette autre réponse sur internet (ici). Dans le présent texte j’approfondis la théorie de la déposition de pape hérétique elle-même.

    Le début commence ainsi : « Le présent texte est la suite de ma controverse avec Dominicus du couvent dominicain de La-Haye-aux-Bonshommes (Avrillé, France) sur de mon livre La crise de l’autorité dans l’Église, Les papes de Vatican II sont-ils légitimes ? (éd. Pierre-Guillaume de Roux 2019). J’avais donné une réponse plus circonstanciée dans Lecture et Tradition de juillet-août 2019. Le lecteur peut trouver cette autre réponse sur internet 1 . Dans le présent texte j’approfondis la théorie de la déposition de pape hérétique elle-même.

    Reprenons les éléments de la controverse qui m’oppose à Avrillé. Les papes de Vatican II énoncent publiquement des hérésies. Même les catholiques Ecclesia Dei le reconnaissent désormais. Comment est-ce possible puisque Vatican I a défini que le pape est infaillible dans ses déclarations en tant que pape ? L’explication la plus obvie est qu’il s’agit d’imposteurs, c’est-à-dire qu’ils ont été élus en infraction des règles et que leur élection est invalide, peut-être parce qu’ils ont adhéré préalablement à des sectes interdites ou à des hérésies… (…)

    Vatican I, en définissant solennellement l’infaillibilité du pape, déclare donc impossible le cas de figure principal : un pape énonçant des hérésies dans le cadre de ses fonctions. La possibilité d’une chute est désormais clairement circonscrite aux enseignements du pontife en tant que docteur privé. Les papes de Vatican II ne parlent pas comme docteurs privés. […]

    Depuis Pastor aeternus, on ne peut imaginer un pape tomber notoirement dans l’hérésie dans le cadre de ses fonctions. Le débat de Cajetan et de Jean de Saint-Thomas est donc en soi obsolète. Journet le reconnaît et circonscrit la question de la déposition du pape hérétique au cas (très théorique) de l’hérésie du pape en tant que personne privée mais par hypothèse de façon manifeste : « …[citation de Journet]…

    Le Code de droit canonique n’est pas lacunaire. S’il ne prévoit pas la déposition du pape hérétique, c’est tout simplement parce que le pape est infaillible. Redisons ici avec force que, dans le code de 1917 qui suit la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale, le canon 1556 (« La premier Siège n’est jugé par personne ») n’a pas repris la clausule de Gratien (« sauf s’il est pris à dévier de la foi »). Le pape est infaillible : cette vérité de foi est très profonde. Il serait contradictoire que le Code prévoie que le pape puisse être déposé pour hérésie, alors que l’Église a solennellement proclamé qu’il ne peut tomber dans l’hérésie. Depuis la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale, nous savons qu’un pape ne pourrait tomber dans l’hérésie que par des propos privés. La possibilité même de ce malheur est discutée. Saint Pie X, qui entreprit la refonte du droit canonique, et Benoît XV, qui promulgua le Codex, n’ont pas jugé utile que celui-ci prévît une déposition dans ce cas très théorique.Nos chers juristes y voient une lacune. Comme en une autre occasion78, ils comprennent mal le code parce qu’ils ne mesurent pas combien il dépend du dogme de la foi.

    D’autres, dont je suis, estiment que ces pontifes n’ont aucun droit, aucune juridiction, parce que l’hérésie manifeste prive le coupable de toute juridiction ipso facto. C’est la doctrine qu’avait développée saint Robert Bellarmin et, nous allons le voir, beaucoup d’autres avant lui. »

    Texte complet au format PDF

    CSRB, source


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !