• Solon d’Athènes et l’élégie politique



    Politique de bien commun

  •  
    « Solon nous est connu comme homme politique. Né à Athènes vers 640, il prit part au combat que mena sa cité pour conquérir Salamine vers 612. Quand il devint archonte en 594, l’unité de la cité était menacée. Certains s’enrichissaient sans mesure ; d’autres n’avaient plus que des dettes.
    Solon libéra la terre, abolit l’esclavage pour dettes, établi des lois égales pour tous, puis voyagea pendant dix ans afin que ses lois ne fussent pas modifiées ; ce qui lui valut d’être considéré comme un des fondateurs de la démocratie et de figurer parmi les Septs Sages de la Grèce.
    Les réformes politiques de Solon répondent à des préoccupations morales dont ses vers se font l’écho. Il s’attaque à l’esprit injuste des aristocrates qui accumulent sans mesure les richesses au risque de provoquer une guerre civile qui les perdra. Mais il n’a rien d’un révolutionnaire : il s’agit simplement de faire régner la justice en s’opposant à toute réforme de démesure (l’hubris). (…)
     
    « Au peuple j’ai donné autant de puissance qu’il suffit, sans diminuer ni trop hausser ses prérogatives. Quant aux puissants dont on enviait la richesse, j’ai pris soin qu’ils ne subissent eux non plus aucun outrage. Je me suis tenu debout, couvrant les deux parties d’un fort bouclier et je n’ai laissé aucun des deux remporter une victoire injuste. »
    Solon.
     
    Il peint les mots liés à l’excès et au désordre, les bienfaits qu’entraînent les bonnes lois et leur respect. (…)
    On le voit la politique de Solon illustre la règle d’or de la morale archaïque, le souci du juste milieu.
    Histoire de la littérature grecque par Suzanne Saïd, Monique Trédé et Alain Le Boulluec (+ de 600 pages, édition PUF).

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    Amusantes coquilles : « il pris en art … Sakhaline » pour « il prit part … Salamine » ! 😉


    Répondre