• Forte mobilisation des catholiques parisiens pour exiger le retour de la sainte messe



    Soldat du Christ, garde la foi chevillée au corps !

  • Le monde moderne se rapproche de plus en plus des valeurs de Satan, et à une vitesse inquiétante ! Si bien que l’on a parfois l’impression de jouer sa vie sur un coup de poker à l’heure actuelle, dès lors que nous ne professons pas un conformisme sidérant.

    Mais venons-en à nos moutons. Pour ce qui est de la manifestation en soi, Nous nous sommes permis de relayer en fin d’article le compte rendu de Médias-Press-Info, ce qui nous épargnera de le détailler afin de retenir certains aspects qu’il Nous plaisait de dire :

    Ce que Nous soulignerons simplement, c’est le plaisir de voir que des religieux, relégués au rang infamant de « non essentiel » – avec nombre d’entreprises, d’artisans et de petits commerçants par ailleurs – se montrent pour diriger les chapelets et les chants religieux, tout en tenant un discours s’apparentant à la contre-révolution, au vitalisme et/ou au « populisme ».

    Nous pensons ici à l’intervention du révérend père Joseph (anciennement abbé de Cacqueray, responsable du district de France à la FSSPX). C’était clairement une félicité, une richesse inestimable, de disposer d’un clerc si déterminé et cultivé en ces temps troubles et désordonnés. Tout y était sur le fond : l’amour du pays, la détermination dans la défense de soi, la littérature gréco-romaine (la référence à Antigone de Sophocle notamment), les jeux de mots, la dénonciation des responsables de la situation, des ennemis, etc. Autant de propos de principe qui nous font cruellement défaut et dont l’absence totale nous aurait déjà fait crever si ils n’avaient point été encore un peu de notre temps. Nous passerons juste sur la curieuse notion de « Pape anti-Christ », certes. Le Pape étant fait pour la Foi et non l’inverse ! Mais c’est un épiphénomène par rapport à cet événement. Nous pourrons nous chamailler à veau l’eau derechef, dès lors que nous aurons évité le vaccin obligatoire et la chambre à gaz mentale du globalisme (combinaison Davos/OMS/UE/ONU).

    En effet, Nous n’avons jamais la charité assez sévère, en oubliant – voire en amoindrissant – la gravité de la revendication macronienne d’un tel « droit au blasphème ». Le discours combattif de ce père, en opposition à la tyrannie globaliste qui s’affiche de façon croissante sous le masque (suivez Notre regard) sanitaire, nous change de celui des défaitistes, des compl-autistes et autres faibles anthropologiques de tout poil qui vous disent que notre mort collective est irrésistible, inéluctable et invincible. Ceux-là font le jeu des ennemis mortels qu’ils prétendent combattre. Le combat politique est très loin d’être gagné, mais il est loin d’être perdu.

    Hélas, Nous craignons que nombre de gens, présents à l’évènement ou le suivant derrière leur écran, ne calculent pas la chance qu’ils ont d’avoir encore des hommes, et en l’occurrence des clercs, de bonnes tenues. Nous avons eu l’impression d’entre-apercevoir une lueur d’espoir ainsi que les restes d’un brasier qu’auraient pu laisser nos anciennes écoles jésuites de haute renommée – écoles portées disparues ou inefficaces, pour l’essentiel, depuis cette abominable 5ème République qui s’enlise toujours plus.

    La Rédaction vous souhaite le meilleur du Moyen-Âge pour la décennie 2020 !

     

    Nous noterons pour conclure, la présence d’Alexandre Simonnot, ancien élu du Front national de Jean-Marie Le Pen. C’est une représentation à laquelle Nous fûmes présents de même, mais monsieur le « député », par son « poste », sauve un peu l’honneur en ne craignant pas la répression de la police du Ministre Darmanin.

    Les hommes en bleus, ne tardant pas, ont débarqué quelques minutes après la fin proclamée de la manifestation. Nous n’avons même plus eu le droit de nous rencontrer et d’échanger – ce qui était le meilleur moment entre tous auparavant ! Il s’agissait d’une simple dissuasion cependant, car ils sont restés en retrait ; sauf que cela suffisait pour disperser une majorité de la foule : les catholiques étant des gens (trop ?) bien éduqués.

    Les quidams, passant au hasard de la place Saint-Augustin, devaient se demander ce qu’il se passait avec ces multiples prêtres en soutanes et autres familles blanches nombreuses – pour une fois « surreprésentées » (on ne les voit pas beaucoup à la télé, et encore moins sous de beaux jours ! Ce qui laisse songeur…). Après tout, à l’heure actuelle, les catholiques – d’intentions du moins – étaient de sortie par milliers dans tout le pays – avec certes une majorité de « moderno » dans le lot, souvent atteints de légalisme…). Quant aux journalistes de la « Stasi », ils constateront que le « lobby catholique » (expression marxisante), encore discret, mais dérangeant, est bien vivant et pourrait bien être de retour ; surtout avec la menace qui pèse contre l’instruction à la maison et les écoles hors contrats (la 5ème putain comptant enrôler toute la jeunesse dans sa décrépitude et sa déchéance).

    Les Bleus sont là !

    « Voici l’enregistrement vidéo du discours prononcé par le RP Joseph, moine capucin, aumônier de Civitas, lors du rassemblement “Rendez-nous la Messe” organisé le dimanche 22 novembre 2020 sur le parvis de l’église Saint-Augustin à Paris. » MPI

    Ils étaient entre 300 et 400 personnes à répondre hier à l’appel de Civitas place Saint Augustin à Paris pour demander la reprise du culte public.

    Pour rappel, les recours engagés lors du premier confinement avait vu le conseil d’état permettre la réouverture des lieux de culte, donnant ainsi tort au gouvernement.

    Aujourd’hui ce sont deux jugements, un à Clermont-Ferrand, l’autre à Paris, qui, rappelant une formule chère aux pseudos-révolutionnaires-bourgeois de mai 68, interdisent d’interdire  “les manifestations au seul motif qu’elles pourraient être regardées par son but ou par sa forme, comme la manifestation extérieure d’un culte.”

     Le père Joseph des Capucins de Morgon, aumônier de Civitas, a rappelé la nécessité de se battre contre les décisions des pouvoirs publics qui ont fait beaucoup de mal ces quarante dernières années. Un discours d’Alain Escada a été lu, celui-ci ne pouvant être présent lors de cette manifestation.

    MPI.

    Jean-Croisé à l’avant, et la fée clochette à l’arrière !

  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    C'est ainsi que la véritable Eglise catholique s'est toujours faite entendre, par ses prêtres, ses prédicateurs, ses prêches enflammés. Avec le RP Joseph on dirait que que la France éternelle est sortie d'une faille temporelle pour nous dire: "Frères et soeurs, amis, je ne suis pas morte et je reste malgré tout la Fille aînée de l'Eglise". Mais comme dans ce pays tout se passe en majorité à Paris, nombre oblige, qu'avons-nous en province profonde pour faire entendre nos voix, nous cachant pour aller à la messe ou nous faufilant dans l'église, le dimanche matin, bien avant le lever du soleil pour ne pas se faire dénoncer par les zélés laïcistes fidèles à leurs ancêtres de 1940 qui envoyaient des courriers aux préfectures pour faire prendre les contrevenants, tant de lettres que l'occupant en fut écoeuré. Notre bon vieux sport national, la délation qui a marché du feu du diable pendant le premier confinement et le zèle pandoresque pour faire tomber les sous-sous dans les caisses de l'état. Il parait qu'un million d'amendes ont été dressées. Faites le calcul! Mais comme disait le non regretté Me Thierry Lévy à Dieudonné: "Faites attention parce qu'après les menaces, il y a la loi et puis les coups!".


    Répondre