• Quatre nouveautés chez Reconquista Press



    Munitions intellectuelles et littérature de combat.

  • « Nous nous permettons, en espérant ne pas vous importuner, de vous informer de la parution en cette rentrée des quatre nouveaux titres suivants dont vous trouverez les présentations ci-après :

    – Histoire d’un homme à qui l’on mentait d’Édith Floral,

    – Une réponse nationaliste au mondialisme : Doctrine élémentaire du bien commun de Jean-Jacques Stormay,

    – Zinzin au pays des Moviets de Tartempion,

    – La Légion tricolore en Espagne, 1936-1939 d’Henri Dupré (préface de Pierre Costantini, postface de Sylvain Roussillon). »

    -*-

    Histoire d’un homme à qui l’on mentait

    Persuadé que l’on ne vit pas sur Terre pour être heureux mais seulement pour souffrir afin de mériter son Ciel, Amédée apprenait à vieillir dans la médiocrité quiétiste d’une vie rangée : une famille, une situation, des convictions bien-pensantes suffisamment mornes pour inspirer le sérieux qui suscite le respect. Quand il comprit que son entourage lui mentait depuis toujours et qu’il s’était réduit à une fausse image de lui-même, il découvrit que son prochain n’était que le porte-voix d’un monde inversé, corrupteur et insidieusement despotique, mais fragile parce que fondé sur un mensonge. Amédée sut alors qu’il ne parviendrait à se conquérir qu’en contribuant à faire rendre gorge au monde de son temps. Il n’est pas de salut religieux sans conquête profane de soi-même ; il n’est pas de salut individuel sans conquête politique.

    Titre : Histoire d’un homme à qui l’on mentait
    Auteur : Édith Floral
    Taille : 12,9 x 19,8 cm
    Pages : 238
    Couverture : souple
    Pelliculage : brillant
    ISBN : 978-1-912853-18-2
    Date de publication : septembre 2020
    Prix : 15,50 €

    -*-

    Une réponse nationaliste au mondialisme

    Le mondialisme satanique est l’horizon de plus en plus visible de l’histoire contemporaine frénétiquement secouée par des aspirations eschatologiques dévoyées, vécues sur le mode d’un collapsus mortifère de toutes les identités nationales traditionnelles. Le mondialisme est satanique parce qu’il est la forme politique que se donne l’homme révolté pour procéder à une réalisation terrestre du Souverain Bien, c’est-à-dire du Royaume qui pourtant, par essence, n’est pas de ce monde. L’imminence d’un tel danger invite les croyants, les patriotes et plus généralement tous les hommes de bonne volonté attachés à l’ordre des choses, à se tourner, pour le conjurer, vers des solutions exclusivement non politiques (telle la prière). Quand, par ailleurs, le souci de la chose politique n’est pas négligé, ils ont recours à des solutions théologico-politiques orientées vers le service du Bien commun transcendant et séparé, au détriment du service d’un bien commun immanent supposé solidaire, à cause de son immanence, de la pathologie mondialiste, à tout le moins tenu pour impuissant à la détruire. L’objet du présent travail, qui prolonge notre Réflexions sur le nationalisme : En relisant ‘Doctrines du nationalisme’ de Jacques Poncard d’Assac, est de montrer que ces solutions sont ou bien illusoires, ou bien insuffisantes. L’organicité politique, adéquatement thématisée dans la doctrine bien comprise du nationalisme, demeure, plus que jamais, la médiation obligée entre nature et surnature, vie terrestre et fins dernières. Et toute tentative de conjurer le mondialisme en faisant l’économie d’une réhabilitation de l’organicité nationaliste est vouée à l’échec.

    Titre : Une réponse nationaliste au mondialisme
    Sous-titre : Doctrine élémentaire du bien commun
    Auteur : Jean-Jacques Stormay
    Taille : 12,9 x 19,8 cm
    Pages : 164
    Couverture : souple
    Pelliculage : brillant
    ISBN : 978-1-912853-14-4
    Date de publication : septembre 2020
    Prix : 13,50 €

    -*-

    Zinzin au pays des Moviets

    Tartempion a compris des choses qu’il ne fait pas bon savoir aujourd’hui. La joie de contempler la vérité n’efface pas la tristesse de constater combien la réalité humaine actuelle est en état de décomposition avancée. Zinzin, c’est le double furieux de Tartempion l’homme amer, son envers des bas-fonds. Quand l’humanité normale supposée honorable devient folle et se met à pourrir, c’est dans les sentines des pensées innommables que se réfugient la lucidité et l’espérance. La Conscience, c’est l’égérie venimeuse des Droits de l’Homme, mais c’est aussi une pauvre fille abusée attifée en grotesque déesse. Zinzin et Tartempion, moins mauvais qu’ils ne le pensent eux-mêmes, s’emploieront à tenter de lui faire entendre raison. Mais il y a du boulot…

    Titre : Zinzin au pays des Moviets
    Auteur : Tartempion
    Taille : 12,9 x 19,8 cm
    Pages : 284
    Couverture : souple
    Pelliculage : brillant
    ISBN : 978-1-912853-20-5
    Date de publication : septembre 2020
    Prix : 16,50 €

    -*-

    La Légion tricolore en Espagne, 1936-1939

    Du présent ouvrage pourrait incontestablement être tiré le scénario d’un palpitant film d’espionnage. Henri Dupré, militant nationaliste ayant infiltré le Parti communiste, y relate en effet comment, investi de responsabilités au sein des Brigades internationales, il travailla avec une poignée de compagnons au sabotage, à la désorganisation et à la démoralisation des forces antifranquistes lors de la guerre d’Espagne. Cette « Légion tricolore », précurseur dans son esprit de celle qui quelques années plus tard défendra la civilisation occidentale sur le Front de l’Est, sauvegarda par l’héroïsme de ses exploits l’honneur militaire de la France.
    Henri Dupré poursuivra ses opérations clandestines anticommunistes lors de la Seconde Guerre mondiale, infiltrant la Résistance pour le compte du service de renseignement de l’état-major allemand. Ces faits lui vaudront d’être condamné à mort et exécuté en 1951.
    Le livre, préfacé par Pierre Costantini, dirigeant de la Ligue française et cofondateur de la LVF, a été enrichi pour cette réédition d’une postface de Sylvain Roussillon.

    Titre : La Légion tricolore en Espagne, 1936-1939
    Auteur : Henri Dupré
    Préface : Pierre Costantini
    Postface : Sylvain Roussillon
    Taille : 12,9 x 19,8 cm
    Pages : 230
    Couverture : souple
    Pelliculage : brillant
    ISBN : 978-1-912853-21-2
    Date de publication : septembre 2020
    Prix : 15 €


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !