• Alexandre III de Macédoine dit le Grand



    Les héros européens au rendez-vous !

  • « Du Nil à Babylone et de Babylone à l’Indus, Alexandre fît connaitre a l’univers le nom des Grecs. » Le vicomte de Chateaubriand, Œuvres complètes.

    Permis nos héros historiques, il serait impossible de faire l’impasse sur celui-ci : Alexandre le Grand (Fils de Philippe II de Macédoine) qui vécut au IVe siècle av JC. Soulignons qu’à ses débuts les Macédoniens n’étaient pas considérés strictement comme Grecs, mais que le monde hellénistique tel que nous le connaissons était alors prêt pour l’éclosion… Avant que les guerres qu’il a entrepris prennent l’aspect de guerres de conquête, l’expansion d’Alexandre avait d’abord pour but d’en finir avec l’ennemi héréditaire perse, afin de laisser enfin la « Grèce » respirer. Il rassemble (car unifier serait un bien grand mot) la Grèce en battant Athènes qui empêche l’union des Cités dites grecques. En bon disciple d’Aristote, il entendait helléniser le monde et c’est aussi ce que nous retiendrons en matière civilisatrice. De plus, d’un royaume à peine plus grand qu’un département français actuel Alexandre a pu bâtir un empire de plus de 5 millions de kilomètres carrés ! Cet empire – certes éphémère puisqu’il dura 10 ans et que l’homme à sa tête mourra au jeune âge de 32 ans – va hélas se retrouver dilapider par ses multiples héritiers… Toujours est-il que cette épopée travaillera l’imaginaire des Européens et des historiens pour l’éternité. Jamais les Grecs étaient allés aussi loin jusqu’à l’est, et pour ainsi dire, jusque l’Inde. Gloire à Alexandre !

    « Partout où les noms de César, de Gaius, de Trajan et de Virgile, partout où les noms de Moïse et de saint Paul, partout où les noms d’Aristote, de Platon et d’Euclide ont eu une signification et une autorité simultanées, là est l’Europe. Toute race et toute terre qui a été successivement romanisée, christianisée et soumise, quant à l’esprit, à la discipline des Grecs, est absolument européenne. »
    Paul Valéry, « La crise de l’esprit européen ». Conférence donnée à l’Université de Zurich en 1924, repris dans Variété I, Essais quasi politiques, « La crise de l’esprit ».


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 1 commentaire




    […] Léonidas Ier (en grec ancien Λεωνίδας / Leônidas), né vers -540 et mort en -480, est le roi agiade de Sparte de -489 à -480. Il est resté célèbre pour son opposition héroïque face aux Perses lors de la bataille des Thermopyles, durant laquelle il trouva la mort. Connaître cette histoire c’est en apprendre plus sur nos humanités gréco-latines et sur nous-mêmes, c’est pourquoi, dans cette droite ligne, nous avions précédemment étudié Alexandre le Grand de Macédoine. […]


    Répondre