• Johan Livernette est incarcéré suite à une comparution immédiate



    A qui le tour… ?!

  • L’auteur contre-révolutionnaire et boxeur assidu, que nous avons côtoyé à de multiples reprises par le passé, est en passe de rejoindre notre compatriote Hervé Ryssen.

    La répression s’intensifie et très vite. Cela en devient même inquiétant. Il va falloir vivre comme si le lendemain était notre dernier jour de liberté dans cet avenir qui s’annonce concentrationnaire. La république démocratique, qui n’a pas encore été totalement avorté, ne rougit même plus à l’idée d’expédier en prison un écrivain, et pour ses écrits. Toutes les personnalités publiques doivent s’y voir maintenant, menacées – au moins en puissance – qu’elles le sont.

    La nouvelle loi Dupont-Moretti a eu un effet rapide et clair. Comme quoi, avec une volonté politique forte, les événements et les attaques se révèlent efficaces et douloureux. Nous ne sommes décemment plus en 2015, à côté, la censure était encore bon enfant. Les types en face doivent estimer dangereux la prolifération de « dissidents » à ce stade, en même temps de les considérer comme facilement atteignable.

    En outre, Nous croyons modérément au prétexte employé au départ, il n’est vraisemblablement pas inventé, mais au pire  instrumentalisé et détourné… Cela devrait se confirmer dans un avenir proche. En espérant que ça ne soit pas non plus qu’une affaire de ménage. Aujourd’hui, il vaut mieux comparaître pour une sordide histoire de drogue ou de viol sur mineur… 

    Quoique l’on pense de Johan Livernette, il reste un frère dans la Foi et un combattant. De plus, il a été visiblement emprisonné de façon injuste, ce qui blesse le Bien commun. Une prière et du soutien pour lui seraient bien venus. Il serait impardonnable de frapper un homme à terre.

    PS. Si jamais mon tour venait, j’espère au moins que vous viendriez m’apporter des oranges à l’occasion. Laul.

    -*-

    Médias-Presse.Info :

    « Nous apprenions hier que l’écrivain Johan Livernette a été condamné à deux ans de prison ferme dans une procédure de comparution immédiate faisant suite à une plainte pour violences conjugales déposée par son ex-compagne.

    Johan Livernette a nié les faits, estimant que son ex-compagne se blessait volontairement.

    Selon deux témoins, au cours de la comparution immédiate les juges auraient dit que de toute façon Johan Livernette est dangereux pour la république avec ses livres et ses vidéos. Ont-ils dévoilé là le vrai motif d’accusation ?

    Son avocat maître FITZGERALD l’a vu aujourd’hui.
    Johan Livernette a fait appel du jugement et devrait repasser devant la Cour d’Appel d’Aix en Provence d’ici 2 à 4 mois.

    Vous pouvez lui écrire à l’adresse suivante :

    Monsieur LIVERNETTE Johan
    n° d’écrou 25532
    Centre Pénitentiaire de la Farléde
    Quartier de la Castille – Route de la Crau
    CS 10543 la Farléde
    83041 TOULON cedex 9. »

    Son message du 12 février :

    « Droits et debout

    18 mois de prison ferme : telle est la très lourde sanction qui m’a été infligée le 5 février dernier au tribunal correctionnel de Toulon. Mes deux rosaires par jour en garde à vue ajoutés aux « Avé Maria » avant le jugement n’ont donc pas suffi. Cette nouvelle doit surprendre ceux qui n’étaient pas au courant que je suis dans le collimateur de la justice depuis plusieurs semaines. J’ai en effet vécu, en peu de temps, de dures épreuves lors de deux gardes à vue de 48 heures chacune (soit 96 heures). Dans l’immédiat, je me garderai de trop m’exprimer sur cette condamnation absolument scandaleuse au regard des faits reprochés (violences). Car il n’y a rien eu du tout concernant ces faits du 5 décembre et cela, toutes les personnes présentes le savent très bien. Que dalle. Du pipeau. Du cinéma. En une phrase: une simulation d’agression débouchant sur une grave condamnation. Ma personnalité et mes idées politico-religieuses ont visiblement fortement déplu au parquet. Mais cela ne constitue en aucun cas des faits méritant la prison. Etre incarcéré quand on a fauté est déjà difficile humainement. Etre incarcéré sur une injustice est terrible. La vérité fut la grande perdante de mon jugement du 5 février.
    Cette affaire qui m’a marqué à vie fera l’objet d’un livre (un « roman ») où j’écrirai tout ce que j’ai vécu, dans les détails, ces dernières semaines : l’enchaînement des événements, les anecdotes (drôles et souvent dramatiques), les rencontres, les souffrances et surtout : les trahisons. Trahison immense de la mère de mes enfants. Trahison également de l’un de mes proches qui a signé son témoignage sans l’avoir lu !
    Le vendredi 5 février, avec mon avocat, le valeureux et exemplaire Philip Fitzgerald, nous avons donc perdu une bataille. Mais nous avons combattu avec dignité, cœur et droiture, dans un esprit de vérité et d’honnêteté. Et c’est bien cela qui importe. Vaincus certes, mais droits et debout, malgré l’injustice. Les 4 et 5 février, en amont de cette honteuse condamnation, j’ai vécu des moments forts humainement et émotionnellement, auprès de mon avocat et d’un père de famille marseillais avec qui je me suis lié d’amitié dans les geôles.
    Ici les gens ne comprennent pas pourquoi je suis là ; Ici on souffre en silence, et dans certains cas bruyamment. C’est dans ces moments difficiles où on voit qui est qui, où je vais voir qui m’aime vraiment sincèrement . Aujourd’hui, je suis un homme détruit. Je dois l’avouer. Mais demain sera un autre jour. Par mon exemplarité au quotidien, j’espère pouvoir fêter Noël 2021 avec mes enfants. C’est mon objectif premier.
    Je vous invite à m’écrire le plus souvent possible à cette adresse :

    Centre pénitentiaire Toulon – la Farlède
    CS 10543
    Livernette Johan
    Numéro d’écrou : 25532
    83041 Toulon cedex 9

    Je vous répondrai volontiers. Nos échanges seront précieux et certainement fructueux.
    Pour ceux qui veulent me soutenir en achetant mes livres, merci de les commander aux éditions Saint-Rémi.
    Que le Seigneur Jésus soit avec vous et avec votre esprit.

    Johan Livernette. »


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 6 commentaires




    Si le motif de droit commun est mal fondé, c'est très grave. Et s'il est réel, je suis surpris de la disproportion entre les faits (violences conjugales) et ceux valant d'autres peines pas plus lourdes (des pédophiles ayant fait des victimes par douzaines notamment).


    Répondre

    Violence conjugale, on prend chero, et de plus en plus ! les gouinasses féministes juges qui hantent les tribunaux considèrent la plainte comme LA preuve...ni même des remises de peine exceptionnelles Cohen19 pour eux.


    Répondre

    Il est sûr que l'accusation de violence, portée par une femme, est presque toujours accueillie comme vraie, même s'il n'existe pas de preuve. Qui a dit qu'il n'y aurait plus d'erreur judiciaire?


    Répondre

    Médias presse info : « Selon deux témoins, au cours de la comparution immédiate les juges auraient dit que de toute façon Johan Livernette est dangereux pour la république avec ses livres et ses vidéos. »


    Répondre

    Avec une hiérarchie des peines qui peut aller jusqu'à 2 ans de prison pour ça (finalement un an et demi, ce qui n'est guère moins) et pour des dizaines de crimes à mon sens passibles de la mort, pour moi les lois de la République sont plus criminelles que les criminels. | Et si le motif est un prétexte, c'est encore bien pire.


    Répondre

    Je suis les écrits de M. Livernette depuis ses débuts et j'ai beaucoup de respect pour ce monsieur. Je vais prier pour lui tous les jours comme je le fais pour Hervé Ryssen depuis son incarcération, c'est la moindre des solidarités que nous lui devons... Maintenant je suis étonné que l'appel ne soit pas suspensif de la peine même si le motif d'accusation est bien celui invoqué. Il est fort probable que la personnalité médiatique anti-républicaine de M. Livernette ait joué en sa défaveur. Il est donc recommandé aux gens de "nos milieux" d'être très méfiants envers leurs "amis et autres connaissances", voire certains membres de leur famille et surtout de bien choisir leur compagne (ou compagnon pour les femmes)...


    Répondre