• Michel de Montaigne : « Au cœur de l’histoire »



    Raison humaine, culture et Renaissance.

  • Les émissions de Franck Ferrand sont pratiques pour se renseigner de façon résumée sur telle ou telle période/personnalité importante de l’histoire de France, de l’Europe ou du Monde (cardinal de Richelieu, Maréchal Foch, saint François de Sales, le phénomène des cathédrales, etc.). Nous vous laisserons découvrir le reste de ses émissions « Au cœur de l’histoire » via la chaîne d’Europe 1.

    L’humaine condition de Montaigne, philosophe, catholique et humaniste français, nous rappelle que nous n’avons pas trop le droit de gémir de notre situation – ou du moins de relativiser un peu ! -, dans le sens où lui a non seulement connu les Guerres de Religion (en opposition aux réformés), mais aussi la peste (qui avait un taux de létalité proche de 100 %).

    -*-

    « Michel Eyquem de Montaigne, seigneur de Montaigne, né le 28 février 1533 et mort le 13 septembre 1592 au château de Saint-Michel-de-Montaigne (Dordogne), est selon les traditions universitaires soit un philosophe, humaniste et moraliste de la Renaissance, soit un écrivain érudit, précurseur et fondateur des « sciences humaines et historiques » en langue française.  »

    Wikipedia.

    « Il ne peut y avoir de vraie amitié qu’entre des égaux. »
    « Il faut avoir un peu de folie, si l’on ne veut avoir plus de sottise. »
    « On ne corrige pas celui qu’on prend, on corrige les autres par lui. »
    « Nul n’est mal longtemps qu’à sa faute. »
    « La politesse coûte peu et achète tout. »
    « La gloire est vaine et fausse monnaie. »
    « L’affirmation et l’opiniâtreté sont signes exprès de bêtise. »
    « Il se faut prêter à autrui, et ne se donner qu’à soi-même. »
    « Mieux vaut tête bien faite que tête bien pleine. »

    Michel de Montaigne ; Les essais (1580)

    Florilège de citations de Montaigne.


  • Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

  • 4 commentaires




    Un précurseur de la République.


    Répondre

    « Philosophe catholique » : un marrane. https://laregledujeu.org/2010/06/21/2161/la-pensee-moderne-et-le-judaisme/ Préparez-vous à chanter« Vive la République » , « Vive Barrès », « Vive Guénon », « Vive Bloy », « Vive Bergoglio », « Vive Crowley ». Et après qielques efforts vous rejoindrez peut-être LREM ou Conspiracy Watch !


    Répondre

    Et que vous deviez ou non accepter mon deuxième commentaire (celui-ci étant le troisième), je dois préciser que pour moi la dissidence catholique, lorsqu'elle n'est pas obsédée d' « aliens » ou d'autres sornettes, est ce qu'il y a de meilleur : vous en faites partie, et en plus votre personnalité, aimable et dépourvue de sectarisme, est digne d'éloges. | Et il est sain de penser, comme vous, que les comploteurs sont bien rares et que les ignorants, les aveugles et ceux qui croient subtile de hurler avec les loups sont l'écrasante majorité. On peut donc si l'on veut éluder la question des intentions de tel ou tel personnage. | Il reste alors deux voies : comme le sage bouddhiste, atteindre l'ahisma (l'indifférence) en attendant le nirvana (l'extinction). | Mais vous vous réclamez du thomisme et d'un choix politique et donc il ne vous reste que la seconde possibilité : tout en ne faisant aucun pari sur les intentions, juger les actions. | La Révolution fut l'œuvre de la F.·.M.·. ; de Maistre, Guénon et Barrès furent de parfaits pourrisseurs – et tous trois de la F.·.M.·. ; les principes de la F.·.M.·. sont dans la cabale, dans le barda des philosophies cabalistes de la Renaissance et du parti gibelin, antichrétien, auquel le chrétien que vous êtes s'attache comme à Barrès et à tous les auteurs précurseurs des mensonges qui nous détruisent. | Il est louable de lire, mais pas de s'aveugler : si l'on juge de Maistre ou Barrès selon leurs actions, non selon leurs intentions, comment ne pas les condamner, au nom des principes qui sont les vôtres ? | La fidélité est une qualité, l'aveuglement est un défaut.


    Répondre

    […] précédemment, nous vous régalions  ici ou là des documents sur Platon, Rousseau, Hugo, Montaigne, Rivarol, […]


    Répondre